dimanche , 16 décembre 2018
Accueil / Actualités / La course des tuques | Un retour dans un monde tout blanc
La course des tuques

Un retour dans un monde tout blanc

Le film d’animation La course des tuques fait volte-face à La guerre des tuques qui l’a précédé il y trois ans en remplaçant les batailles de boules de neige par de la course de luges. Une histoire que le réalisateur Benoit Goldbout avait imaginée avant même que le premier film d’animation soit terminé.

Dans un univers purement québécois, ce nouveau film créé dans un monde tout blanc raconte une histoire où l’amitié l’emporte sur la rivalité. Il met en vedette François les Lunettes (voix d’Hélène Bourgeois Leclerc) qui souhaite battre Zac (Mehdi Bousaidan), un nouveau venu qui ne s’attire pas les sympathies du groupe lors d’une course de luges. François souhaite donc construire la luge la plus rapide pour sa pilote Sophie (Mariloup Wolfe), lui qui veut garder son statut de garçon futé au sein de son groupe d’amis. Celle qui fait partie de l’équipe de Zac n’est nulle autre que sa cousine Charlie (Ludivine Reding) qui rêve aussi de devenir chanteuse. François perdra la fameuse course et demandera une revanche farouche à son compétiteur qu’il accuse de tricher.

Un film pour tous

Bien que ce film puisse à première vue avoir l’air enfantin pour certains, le réalisateur Benoit Godbout qui était de passage dans la région mardi avec des membres de la production, tient à souligner qu’il s’adresse à une tranche d’âges très variée. «À  mon avis, si on s’adresse à l’intelligence des enfants et à de vrais sentiments, les parents embarquent automatiquement. Quand on s’identifie aux personnages et à ce qu’ils vivent, tout le monde peut se reconnaitre dans un film. Parfois, il faut juste sortir son cœur d’enfant.» Il tient notamment à spécifier que c’est un film pour tous puisque la réalisation est composée autant d’héroïnes que de héros.

Charlie et ses complices

La comédienne que l’on connait bien de la télésérie Fugueuse, Ludivine Reding, est très fière d’avoir suscité l’attention du réalisateur lors de son audition à l’aveugle pour le rôle de Charlie. «J’étais vraiment contente quand j’ai su que j’avais le personnage, parce que c’est vraiment un beau projet. C’est fait au Québec, chez nous et c’est entièrement francophone. On a de quoi être fiers.»

Comme le personnage de Charlie rêve de devenir chanteuse, une artiste originaire de la région, Alexe, a eu la chance de jumeler sa voix à celle de Ludivine pour faire vivre la passion du personnage à travers deux chansons intitulées Comme si et Fidèle à ton coeur. «Habtiuellement, je compose mes propres chansons et elles sont souvent tristes. Je suis vraiment sortie de ma zone de confort, j’y ai découvert un nouvel art et je pense vraiment avoir eu la piqure pour le chant dans les films», raconte celle qui fait chanter Charlie.

Les deux jeunes filles soutiennent qu’elles ont adoré doubler ce nouveau personnage qui, en dépit de ses manigances au début du film, réussit à se faire apprécier. «Quand on double des productions américaines, on est à leur service, on reproduit un personnage déjà créé. Dans cette production-là, on créait tout le personnage, ce qui était vraiment une belle expérience différente de ce que je fais d’habitude»,  soutient Ludivine, qui exerce ce métier depuis ses 8 ans.

L’ultime mission

La productrice du film Marie Claude Beauchamp souhaite donner l’envie aux jeunes d’aller s’amuser à l‘extérieur. «L’ultime mission du film c’est de donner le goût de jouer dehors, de lâcher les jeux électroniques et sortir sa créativité pour s’amuser», lance-t-elle. 

Lors du premier film, l’équipe a organisé une tournée pour aller jouer avec 35 000 enfants à travers le Québec. Cette fois, ils souhaitent faire voyager la mission du film à travers le Canada grâce à l’univers hivernal qui est un élément clé du film. « Ça rend nostalgique de notre enfance, quand on s’ennuyait parce qu’on n’avait pas de jeu. On réussissait pourtant toujours à s’en inventer, on était tout le temps dans la neige en train de s’amuser», confie Ludivine Reding

Plus de 200 personnes ont participé à cette création et ils espèrent tous qu’il sera aussi bien reçu que le film d’animation précédent qui avait totalisé 4 M$ de revenus et qui avait remporté le Billet d’or attribué à la production la plus populaire du Québec et du Canada.  Le film sortira le 7 décembre dans 80 salles au Québec.

 

 

 

À propos de Mari-Lou Bonenfant

La touche-à-tout de 19 ans se réjouit de pouvoir étudier dans un domaine qui la passionne depuis toujours : les communications. Véritable adepte de l’information, Mari-Lou ne fait pas les choses à moitié pour atteindre ses rêves les plus fous. Elle quitte Repentigny, sa ville natale, à 17 ans afin de venir étudier au Cégep de Jonquière en ATM. Comme bien d’autres, elle rêve de briller au petit écran un jour que ce soit en tant que présentatrice météo ou bien en tant que chroniqueuse culturelle. Pour atteindre ses plus grands objectifs, elle accepte donc tous les petits engagements qui s’offrent à elle sans chercher à brûler d’étapes. Animatrice de gala, chroniqueuse à la radio ou encore même journaliste pour une plateforme culturelle dédié à l’entrevue avec des personnalités du milieu artistique, Mari-Lou ne peut s’empêcher d’accepter de participer à des projets. Elle ne s’arrête jamais, c’est plus fort qu’elle. Voyageuse à ses heures et charmée par le monde de la mode, elle prend le temps de garnir soigneusement son coffre à outils avant de se lancer dans la cour des grands. Tôt ou tard, elle est convaincue que la vie lui donnera la chance de faire un métier qu’elle chérira.

À voir aussi

Anthropocène, l’époque humaine | Un documentaire saisissant

Les spectateurs du documentaire Anthropocène: l’époque humaine ont été saisis par les images époustouflantes des …