mardi , 19 février 2019
Accueil / Actualités / Le tourisme hivernal dans la mire de la ministre Mélanie Joly

Le tourisme hivernal dans la mire de la ministre Mélanie Joly

La mairesse de Saguenay Josée Néron et la ministre Mélanie Joly circulaient autour des différents kiosques. Crédit photo: Camille Lalancette

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, souhaite dynamiser le tourisme d’hiver pour assurer des emplois tout au long de l’année dans la région. Elle était d’ailleurs de passage à Jonquière jeudi pour annoncer son support au tourisme du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«On veut valoriser le secteur touristique, parce qu’on sait que le secteur a été pris pour acquis, il doit être reconnu à sa juste valeur. Au Saguenay, l’industrie touristique, c’est quand même un emploi sur 10. On doit s’assurer d’amener des touristes pas juste l’été, mais toute l’année. On veut créer de bons emplois toute l’année. Il y a aussi du travail à faire pour amener des touristes des grands centres», a expliqué la ministre Joly, qui participait à un dîner-conférence organisé par Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La présence de plusieurs organismes touristiques était remarquée dans le hall du Delta Saguenay: le Zoo sauvage de Saint-Félicien, le Village Historique de Val-Jalbert, les différents parcs nationaux de la région. Le superviseur du Carrefour d’accueil de Mashteuiatsh, Pierre Larouche, avait aussi érigé un kiosque de présentation. «Nous ce dont on a besoin, ce sont des partenariats. Nous devons nous faire connaître pour recevoir des touristes»,  a-t-il souligné.

Durant le panel de discussions, les intervenants ont abordé le sujet du quai d’escale à La Baie et de sa bonne réputation. «Chez nous, comme on dit, on est tricotés serrés, mais on est heureux de recevoir»,  a souligné la mairesse Josée Néron. «J’ai aussi reçu des commentaires à l’international concernant le quai de La Baie et son accessibilité», a ajouté Mélanie Joly.

Problèmes de l’industrie touristique

En région, le problème qui est le plus souvent rapporté est le manque de main-d’œuvre qui empêche des entreprises d’offrir des heures d’ouverture plus longues. «On vient de baisser les impôts pour les petites et moyennes entreprises, plusieurs d’elles sont dans le secteur touristique. La hausse était de 11 %, maintenant elle est de 9 %. Je l’entends la pénurie de main-d’œuvre, le gouvernement aussi. Il travaille sur des mesures pour favorisés le secteur de l’emploi», a affirmé Mme Joly.

La région, très vaste, peut parfois avoir des contraintes d’accessibilité de réseau cellulaire ou internet. «Le Wifi est aussi un problème pour plusieurs projets. S’il y a l’idée d’un musée électronique avec une application qui anime la visite, l’Internet sans fil est à considérer sachant que certains secteurs sont mal desservis.»

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Marathonariat collectif | Devenir entrepreneur en 24 heures

Les équipes gagnantes du Marathonariat collectif, qui a eu lieu à l’UQAC le 15 et …