jeudi , 18 juillet 2019
Accueil / Arts & culture / Le Festi-Frette réchauffe les Baieriverains

Le Festi-Frette réchauffe les Baieriverains

Le Festi-Frette bat son plein en cette deuxième journée de festivités en proposant une programmation complète pour toute la famille. Le festival se clôturera ce soir (2 février) par une prestation musicale du groupe Galaxie. Plusieurs activités sont prévues aujourd’hui.

Le samedi est une journée remplie de divertissements, en commençant par la Festi-Coupe. «Auparavant c’était un tournoi de hockey, mais nous avons opté pour une activité plus originale alors on s’est tournés vers le babyfoot-humain. Ça se joue comme le babyfoot sur table, sauf que les bandes sont en fait un module gonflable», explique l’organisatrice et coordonnatrice du Festi-Frette, Laura-Jessica Boudreault.

Les spectacles se déroulent à l’agora de La Baie située en plein coeur de la ville. Photo: courtoisie

L’igloo multisensoriel propulsé par Ubisoft Saguenay propose de visionner les courts-métrages du festival Regard. «Le Festi-Frette commence dans l’Ubigloo. Il est même possible de vivre le spectacle d’une façon différente à l’intérieur de l’igloo. De 17h à 19h, c’est la projec-tion des courts-métrages dans la structure, ensuite le début des spectacles», précise Laura-Jessica Boudreault.

«Fa frette»

Des festivaliers de l’édition précédente profitant de leur soirée. Photo: courtoisie

Le froid ne semble pas une barrière pour les festivaliers qui, l’an passé, sont venus braver des températures frôlant les -30°. «Ce que nous voulons, c’est animer le centre-ville pour que les gens sortent. L’hiver, c’est moins tentant de sortir de son cocon, mais nous on fait tout pour qu’il y ait des gens dehors!», s’exclame l’organisatrice.

La soirée d’hier était assurée par le groupe originaire de La Baie Orlorge Simard. Le spectacle de ce samedi sera ouvert par la formation Gazoline, suivi de Galaxie et conclu par l’artiste Rythme Animal. Les spectateurs peuvent se plaindre du froid mais les artistes sont les plus sujets aux engelures des doigts. «Le froid, c’est une contrainte importante pour les artistes. C’est pour ça que la scène est isolée et coupe le vent. Nous essayons que la scène soit à la température idéale de 10°», confie Mme Boudreault.

La directrice de la succursale du Bistro Café Summum de La Baie, Évelyne Brodeur, est très heureuse de participer au festival. «Cette année nous aurons un kiosque sur la place des spectacles pour servir des breuvages alcoolisés ou non.» Elle souligne que le restaurant organise l’en-droit pour accueillir un maximum de personnes à l’heure du repas.

Dans le village de cabanes de l’Anse-à-Benjamin, à cinq minutes du centre-ville, l’organisme de pêche blanche Contact Nature s’est occupé de l’activité d’initiation à la pêche et de l’organisation du terrain. Supervisées par les étudiants au baccalauréat en plein air de l’UQAC, les activités du village accueilleront les festivaliers pour savourer de la tire sur la neige de l’érablière Cap Bleu, s’amuser dans des jeux gonflables et finalement profiter de promenades en traîneau à chiens.

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Aller-Retour Country se renouvelle

Le tournage de la populaire émission Aller-Retour Country migre vers la Pulperie de Chicoutimi pour …