mercredi , 24 juillet 2019
Accueil / Actualités / Redonner espoir grâce aux dons de cheveux

Redonner espoir grâce aux dons de cheveux

Claudia Deschênes et une généreuse donatrice
Photo: Facebook

Il y a trois ans, la coiffeuse Claudia Deschênes a fait un premier don de cheveux avec ceux de sa fille. À ce jour, l’Almatoise cumule 160 dons pour la fondation DonEspoir Cancer.

«Je voulais aider la fille malade d’un ami, explique Mme Deschênes. Alors j’ai amassé de l’argent en faisant des dons de cheveux.» Elle a commencé par couper ceux de sa fille, mais elle invitait aussi d’autres personnes à faire de même. En plus du don, elle gardait l’argent de la coupe pour sa cause. Elle a finalement amassé 1000 $ pour Mia, la fille de son ami.

La coiffeuse a fait de nombreuses recherches afin de trouver une fondation qui accepte les dons de cheveux et qui répond à ses critères. Elle a finalement choisi la fondation DonEspoir Cancer, car elle est basée à Montréal et offre des perruques gratuitement aux enfants atteints du cancer.

Après la campagne pour son ami, elle a décidé de continuer ses dons de cheveux, mais cette fois, en offrant la coupe gratuite. «Je cherchais une manière de continuer d’aider, affirme-telle. Je suis coiffeuse, alors les cheveux, ça me parle.»

Pour faire un don, il suffit d’avoir huit pouces de cheveux à donner et d’arriver au salon Bella Vita, à Alma, avec les cheveux propres et secs. Les cheveux colorés sont acceptés, mais pas ceux qui ont été décolorés.

Après avoir coupé les cheveux, Claudia Deschênes les met dans des sacs identifiés et les envoie à Star Bédard , son fournisseur. La compagnie les fait parvenir à Montréal par la suite, puisqu’elle a un partenariat avec la fondation.

Au début de son aventure de dons de cheveux, Claudia Deschênes a créé une page Facebook afin de faire de la publicité pour son projet. «Je faisais au moins deux ou trois dons par semaine et parfois même deux par jour!»

Après trois ans, le rythme des dons a un peu diminué, mais Claudia poursuit sa bonne action. Certaines personnes sont même rendues à leur deuxième visite. La coiffeuse n’aurait jamais pu imaginer l’ampleur que prendrait son projet et elle en est très fière.

À propos de Ann-Sophie Gravel

Originaire de Saint-Georges, en Beauce, Ann-Sophie Gravel rêve de radio depuis son plus jeune âge. N’ayant pas eu de télévision câblée lorsqu’elle était jeune, un détail qu’elle se plaît à rappeler souvent à ses amis, Ann-Sophie a grandi en écoutant la radio de Radio-Canada tous les soirs plutôt que la télévision. Après une visite dans les studios de la société d’État ainsi qu’une visite en ATM, la jeune fille avait maintenant un but : venir étudier à Jonquière pour un jour, elle aussi, parler à la radio. Elle s’est toutefois ravisée après quelque temps pour finalement choisir le journalisme. Depuis, elle s’est découvert une passion pour l’écriture et l’actualité. Elle a coanimé une émission d’actualités à CKAJ, a écrit un texte pour le magazine AL13 et a travaillé un été en tant qu’agente de communication pour la Fédération de la relève agricole du Québec.

À voir aussi

Période de changement de pneus tardive dans la région

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vit une période de changement de pneus plus tardive et plus graduelle que …