mercredi , 21 août 2019
Accueil / Actualités / Pour pallier la pénurie de main-d’œuvre | Un premier salon de l’emploi voit le jour au Saguenay
Pour pallier la pénurie de main-d’œuvre

Un premier salon de l’emploi voit le jour au Saguenay

 

La région accueillera en grande première l’évènement Saguenay en emploi le 28 février grâce à l’implication de divers partenaires qui unissent leurs efforts pour répondre au besoin de main-d’œuvre.

Financée en majeure partie par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, une centaine d’offres d’emplois seront accessibles lors de cette journée qui aura lieu au Delta Saguenay. Ces offres auront été dénichées dans les semaines précédentes par une équipe mandatée à appeler toutes les entreprises de plus de cinq employés dans la région. Une cinquantaine d’entreprises du Saguenay œuvrant dans divers secteurs d’activités seront aussi sur place.

Selon la directrice régionale de Services Québec, Lison Réhaume, il y a de la place et de l’emploi au Saguenay—Lac-Saint-Jean. «Pour que les gens trouvent du travail, il faut s’assurer que l’information sur le marché du travail circule bien. Il faut que les gens sachent où sont les postes disponibles et quelles sont les qualifications demandées», a-t-elle soutenu lundi en conférence de presse.

Les chercheurs d’emploi de tous les âges pourront donc rencontrer de futurs employeurs, assister à des conférences et consulter un babillard d’emplois.

Selon la Ville de Saguenay, la collaboration de 18 acteurs socio-économiques, dont ceux du milieu de l’enseignement de Saguenay, du CIUSS et des organismes en employabilité, arrive à point afin d’assurer la pérennité du développement économique régional.

Le président d’honneur de la première édition de Saguenay en emploi et directeur général du Complexe Jonquière de Rio Tinto, Jean-François Nadeau, souhaite trouver des solutions innovantes aux problèmes de main-d’œuvre et cet évènement lui semble un bon point de départ. « Qui aurait pu prédire il y a dix ans à peine que nous serions aujourd’hui à avoir ce genre de problème dans la région? Jusqu’à tout récemment, Rio Tinto était un peu moins affecté par cet enjeu, mais voilà que nous commençons vraiment à le ressentir.»

Le président du Grand comité Avantages Saguenay et conseiller municipal du district #8, Simon-Olivier Côté, est aussi très heureux de voir que le milieu se mobilise pour répondre à cet enjeu. «Ce qui nous distingue dans ce salon-là, c’est que nous sommes un salon qui n’est pas seulement destiné à une clientèle cible. Nous sommes ouverts autant aux étudiants qu’aux autres chercheurs d’emploi», a-t-il ajouté.

À propos de Mari-Lou Bonenfant

La touche-à-tout de 19 ans se réjouit de pouvoir étudier dans un domaine qui la passionne depuis toujours : les communications. Véritable adepte de l’information, Mari-Lou ne fait pas les choses à moitié pour atteindre ses rêves les plus fous. Elle quitte Repentigny, sa ville natale, à 17 ans afin de venir étudier au Cégep de Jonquière en ATM. Comme bien d’autres, elle rêve de briller au petit écran un jour que ce soit en tant que présentatrice météo ou bien en tant que chroniqueuse culturelle. Pour atteindre ses plus grands objectifs, elle accepte donc tous les petits engagements qui s’offrent à elle sans chercher à brûler d’étapes. Animatrice de gala, chroniqueuse à la radio ou encore même journaliste pour une plateforme culturelle dédié à l’entrevue avec des personnalités du milieu artistique, Mari-Lou ne peut s’empêcher d’accepter de participer à des projets. Elle ne s’arrête jamais, c’est plus fort qu’elle. Voyageuse à ses heures et charmée par le monde de la mode, elle prend le temps de garnir soigneusement son coffre à outils avant de se lancer dans la cour des grands. Tôt ou tard, elle est convaincue que la vie lui donnera la chance de faire un métier qu’elle chérira.

À voir aussi

Période de changement de pneus tardive dans la région

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vit une période de changement de pneus plus tardive et plus graduelle que …