Accueil / Actualités / Une pétition en faveur des projets dans la région est lancée

Une pétition en faveur des projets dans la région est lancée

La pétition est officiellement en ligne depuis mercredi.

Une pétition en faveur des projets Énergie Saguenay, Ariane Phosphate et Métaux BlackRock a été officiellement lancée mercredi à l’Hotel Chicoutimi. L’ingénieur saguenéen Pierre Charbonneau en est l’initiateur.

L’objectif derrière cette pétition est de démontrer aux investisseurs qu’il n’y a pas que des opposants aux projets dans la région, et même que plusieurs les soutiennent. L’ingénieur cible 8 000 signatures, via Internet et via papier. Selon Pierre Charbonneau, cette pétition sera une référence pour les compagnies. Elle sera remise aux promoteurs, qui pourront, à leur tour, l’inclure dans leurs documents de projets.

Questionné à propos des craintes pour l’environnement soulevées par les opposants, M. Charbonneau a affirmé que «les gens en charge de ces projets sont responsables; ils savent et respecteront les normes environnementales. […] Je viens du milieu d’ingénierie, je comprends moi aussi parfaitement quelles sont les normes à respecter.»

La pétition a été publiée en ligne mercredi matin afin que les gens habitant l’extérieur de la région, ou tout simplement ceux qui soutiennent le projet, puissent la signer.

Beaucoup en jeu

L’agent d’affaires des Métiers de l’acier de Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marc Simard, est venu plaider la cause des travailleurs dans l’industrie de l’acier, dont 75 Saguenéens ont récemment dû, selon lui, aller travailler à Montréal sur le pont Champlain 10h par jour, de nuit, afin de pouvoir travailler.

Toujours selon lui, ce sont 300 travailleurs dont l’emploi dépend de l’arrivée de ces projets dans la région.

Ce n’est pas la première fois que Pierre Charbonneau lance une pétition. L’ingénieur avait , en 2016, lancé une pétition qui avait été signée par 8 000 personnes appuyant l’agrandissement du site d’entreposage des résidus de bauxite.

À propos de Jasmin Blanchette

Épuisé de se disputer au Collège de Lévis avec ses enseignants et amis à propos de la politique, le jeune Jasmin Blanchette vient chercher un asile de paix à Jonquière avec l'objectif d'en repartir journaliste. il ne s'est jamais gêné pour exprimer sa façon de penser à qui veut l'entendre (et même à ceux qui ne le veulent pas). Natif du joyeux village de Saint-Charles-de-Bellechasse, il possède un certain bagage professionnel à son actif, lui qui a travaillé comme journaliste et animateur à la station régionale Passion Fm lors des deux dernières périodes estivales. Passionné de sports et de politique, le jeune Blanchette caresse toujours le rêve de revoir ses Amours jouer un match de baseball sur l'île de Montréal, eux qui lui ont fait vivre sa première peine d'amour lors de leur départ en 2004. Si jamais vous le cherchez, vous pouvez être certains de l'entendre être arrogant envers ses adversaires sur un court de basketball ou sur un terrain de balle en été, ou bien encore sur la patinoire de son quartier en hiver.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …