Accueil / Arts & culture / Un Chicoutimien à l’émission Lâchés Lousses

Un Chicoutimien à l’émission Lâchés Lousses

 

Simon Gaudreault a été sous l’emprise des pouvoirs de Messmer lors de l’émission Lâchés Lousses. Photo : Crédit Productions/C

 

Originaire de la région, Simon Gaudreault s’est livré à l’expérience de l’hypnose avec Messmer sur le plateau de l’émission Lâchés Lousses qui sera diffusée mercredi soir à TVA.

Le Chicoutimien qui a participé au tournage de l’émission en juillet dernier recommencerait l’expérience demain matin. «C’est certain qu’au début, c’est stressant. C’est également une journée exigeante sur le plan physique», souligne celui qui a été sous hypnose pendant sept des 12 heures qu’a duré le tournage.

Le jeune homme n’a pas peur du ridicule. «Je ne suis pas un gars gêné dans la vie, mes amis voulaient que je tente ma chance alors je suis allé à l’audition.»

Simon n’avait pas d’idée préconçue lors de son arrivée sur le plateau de télévision. «C’est de l’hypnose, tu ne t’attends à rien.»  Ce dernier a découvert Messmer lors de son passage dans la région. «Il se souvenait de ma présence à ses spectacles, c’est quand même spécial.»

Les quatre participants se sont livrés à plusieurs numéros farfelus sous le regard amusé de l’animateur Charles Lafortune.

Les participants pouvaient repartir avec une somme allant jusqu’à 7 500 $ Photo :  Productions/C

«On avait chacun un handicap. Par exemple, on pouvait aller chercher des pièces d’or dans une grosse cave, mais en bouettant d’une jambe.»

Simon Gaudreault invite d’ailleurs les gens à s’inscrire aux auditions si jamais l’émission revient pour une troisième saison. «Laissez-vous tenter par l’hypnose, allez-y, moi, je suis content du montant que j’ai gagné», dit-il  même s’il est conscient que certains sont réticents à l’idée de se faire contrôler par hypnose.

L’émission Lâchés Lousses sera diffusée mercredi 20 février à 20H sur les ondes de TVA.

À propos de Guillaume Pelletier

Alors que les jeunes de son âge écoutaient Télétoon et lisaient Geronimo Stilton, Guillaume préférait regarder Le Téléjournal et feuilleter le journal. Passionné par le hockey et la politique, il a eu la piqûre pour le journalisme lors d’un stage d’un jour au Courrier du Sud en 2013. Ayant un très bon sens de l’observation, ce Brossardois d’origine a toujours aimé connaître le pourquoi et le comment des choses. Plus récemment, il a travaillé comme journaliste aux communications étudiantes universitaires de Chicoutimi pour la période estivale. N’essayez surtout pas de lui apprendre une nouvelle toute chaude, il la connaît probablement déjà, lui qui est branché sur l’actualité au quotidien.

À voir aussi

Barry Dawe | La famille avant la carrière internationale

Si mener une carrière internationale et d’entendre ses chansons jouer un peu partout dans le …