Accueil / Arts & culture / Festival de publicité | Les Lions de Cannes se déplacent à Jonquière
Festival de publicité

Les Lions de Cannes se déplacent à Jonquière

Le public au cocktail précédant la projection.

C’est tout près de deux heures de publicités qui ont été diffusées aux Lions de cannes, mercredi soir, au Ciné-club de Jonquière; quelques-unes drôles, d’autres touchantes, mais toutes mémorables.

Les Lions des Cannes est un festival annuel récompensant les meilleures publicités vidéo, à travers le monde, depuis 1954. Par la suite, les gagnants sont diffusés dans certains théâtres et salles de cinéma, tout au long de l’année.

Près de 200 personnes se sont déplacées à la Salle François-Brassard pour voir les meilleurs coups publicitaires de 2018.

Parmi les 24 catégories que regroupe le festival, Film et Film Craft sont celles que le public a la chance de visionner. Elles sont divisées en quatre distinctions: bronze, argent, or puis Palme d’or.

Que ce soit sur les abus sexuels envers les enfants, sur la guerre et ses dommages collatéraux ou bien sur un drôle de bonbon japonais, il y en avait pour tous les goûts.

Une production québécoise a même fait son chemin dans le palmarès. La publicité dénonçant les textos au volant, produite par la boîte montréalaise LG2, peint le portrait d’un homme qui doit vivre avec les conséquences de ses actes.

Un cocktail a précédé la projection. Dans une ambiance festive sous le thème de la savane, un joueur de djembé a donné des leçons jusqu’à 15 personnes en même temps. Des bouchées, tels des petits gâteaux, ont aussi été de la partie et l’organisation a fait tirer une paire de billets pour le Zoo de Saint-Félicien.

 

À propos de Alex Tremblay

C’est dans le centre-ville de la Vieille-Capitale, qu’un jeune homme, dénommé Alex Tremblay vu le jour. Grandissant à Loretteville, une banlieue de Québec, les visites à la bibliothèques et les scouts viendront remplir ses soirs de la semaine. Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’il découvre ce qui deviendront deux de ses plus grandes passions. L’improvisation et le hockey viennent rapidement prendre une place d’importance dans sa vie. S’il se trouve un réel talent pour le premier, on ne peut pas en dire autant pour le second. Par contre, il possède une excellente connaissance sur ledit sujet. C’est au secondaire, qu’il se déniche une autre passion. Il rencontre The Grand Budapest Hotel qui viendra bercer son imaginaire. Depuis, il rêve de pouvoir réunir tout ce qu’il aime dans un projet à saveur humoristique.

À voir aussi

Barry Dawe | La famille avant la carrière internationale

Si mener une carrière internationale et d’entendre ses chansons jouer un peu partout dans le …