mercredi , 17 juillet 2019
Accueil / Arts & culture / Travailler avec acharnement pour réaliser De l’âme à l’écran

Travailler avec acharnement pour réaliser De l’âme à l’écran

Près de 180 heures de travail depuis le début de l’année scolaire. C’est ce qu’on accompli jusqu’à présent les coordonnateurs du festival De l’âme à l’écran, Maxim Collin, Mathieu Latour et une trentaine d’étudiants du Cégep de Jonquière. L’évènement intercollégial de courts métrages se tiendra du 14 au 17 mars prochain.

 

Les deux coordonateurs du festival: Maxim Collin et Mathieu Latour. Photo: Cédric Ouellet

De l’âme à l’écran est considéré comme le petit frère du festival international de courts métrages REGARD présenté au Saguenay. Les coordonnateurs de De l’âme à l’écran doivent organiser le concours de A à Z. Du choix du porte-parole en la personne de Jean- Carl Boucher, jusqu’à trouver des commanditaires, tout y est passé. «Toute l’équipe a travaillé extrêmement fort. On savait dans quoi on s’embarquait et on l’avait dit aux gens, mais personne n’a de regrets», a mentionné le coordonnateur Maxime Collin.

Si l’édition précédente a attiré pas moins de 140 participants, les organisateurs s’attendent à une légère baisse puisqu’ils espèrent recevoir 120 personnes cette année «On croit que c’est un objectif réalisable. Malheureusement, la possibilité de grèves étudiantes dans la région de Montréal pourrait avoir un impact négatif sur le taux de participation», a mentionné M. Collin.

Actuellement, une quarantaine de personnes sont inscrites, mais les organisateurs mentionnent qu’il devrait y avoir une hausse considérable d’inscriptions. Bien que la grosse partie du travail soit la préparation, ils devront s’assurer du bon fonctionnement de l’événement même. Une vingtaine de bénévoles seront présents tout au long de la fin de semaine afin de guider les visiteurs et s’assurer qu’ils ne manquent de rien.

Plusieurs activités

Outre la présentation des différents courts métrages ainsi que la remise de prix, plusieurs activités en lien avec le cinéma ou encore des formations seront offertes aux participants. De plus, une fête aura lieu le samedi soir afin de bien terminer le festival intercollégial. 

À propos de Cédric Ouellet

Originaire de la municipalité de Blainville située sur la Rive-Nord de Montréal, Cédric Ouellet est un jeune âgé de 19 ans passionné de sport et mordu de statistiques sportives. Que ce soit le hockey, le golf, le soccer ou encore le tennis, il est toujours partant pour en discuter ou encore bien à le pratiquer. Outre le sport, il s’intéresse également à la politique et au journalisme d’enquête. Après son passage à l’école secondaire Saint-Gabriel où il a passé ses cinq années en sport-études option hockey, Cédric n’a pas hésité une seconde avant de se lancer le défi de venir étudier à plus de 475 km du domicile familial. C’est avec l’envie d’en apprendre davantage sur le métier de journaliste qu’il a choisi d’étudier au Cégep de Jonquière. Encore indécis pour le moment entre le journalisme écrit ou la télévision, il espère grandement réussir à percer dans le domaine des communications et qui sait un jour peut-être, couvrir une partie des Canadiens de Montréal ou bien une élection provinciale.

À voir aussi

Aller-Retour Country se renouvelle

Le tournage de la populaire émission Aller-Retour Country migre vers la Pulperie de Chicoutimi pour …