Accueil / Arts & culture / Un film d’ado à l’américaine

Un film d’ado à l’américaine

Les comédiens étaient à l’avant-première de Chicoutimi. En ordre: Étienne Galloy, Will Murphy, Antoine Olivier Pilon et Julianne Côté. Photo: Camille Lalancette

Le film Avant qu’on explose réalisé par Rémi St-Michel et scénarisé par Éric K. Boulianne est une comédie qui explore le monde des adolescents avec en toile de fond une fin du monde imminente. La comédie aux allures de films à succès américains est saucée d’humour et nappée d’humanisme.

Le film, à l’affiche depuis le 28 février, raconte l’histoire de Pier-Luc (Étienne Galloy) qui cherche désespérément à perdre sa virginité alors que règne la menace d’une troisième Guerre mondiale. Les thèmes de la sexualité et de la mort sont abordés avec humour. Toutefois une dimension humaine est également en trame de fond. La peur de mourir sans avoir fait l’amour est un stress intense pour l’adolescent.

Technicités

La réalisation a opté pour de longs segments à plans fixes qui mettent en valeur la constance des acteurs. La beauté des paysages de Baie-Saint-Paul, où se déroule l’intrigue, ajoute à la qualité visuelle du film.

Par contre, les dialogues ont manqué de fluidité une bonne partie du film, ce qui entraîne une difficulté à apprécier les échanges. De plus, la plupart des person-nages sont exagérés ce qui rend difficile de s’éprendre d’affection pour ceux-ci et rend vraisemblables plusieurs scènes. De là le piège de se compromettre dans le cliché de la comédie américaine.

Il est vrai que la langage utilisé dans le film représente bien celui des jeunes du secondaire, mais l’entendre au grand écran donne un mauvais exemple. On aurait pu ainsi se passer de certains dialogues désobligeants.

La distribution se complète par Will Murphy, Madani Tall, Julianne Côté, Antoine Olivier Pilon, Monia Chokri et Rose-Marie Perreault. 

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Barry Dawe | La famille avant la carrière internationale

Si mener une carrière internationale et d’entendre ses chansons jouer un peu partout dans le …