Accueil / Actualités / La Pige à Tours | Le balado, l’avenir de l’info?
La Pige à Tours

Le balado, l'avenir de l'info?

Joël Ronez, Binge Audio, Delphine Noyon, la Nouvelle République et Edouard Reis Carona, Ouest-France, qui témoignent de l’émergence des Podcasts aux Assises du journalisme en de Tours. Photo : Jérôme Gagnon

Les baladodiffusions (podcasts) occupent de plus en plus de place dans l’offre médiatique. «C’est le renouvellement de l’auditoire qui force les médias traditionnels à se tourner vers le contenu audio consommable quand on veut», a mentionné le fondateur de Binge Audio, Joël Ronez, lors d’une conférence sur les podcasts dans le cadre des Assises internationales du journalisme de Tours en France mercredi.

Si au milieu des années 2000, l’audio a été relégué à l’arrière-plan par la vidéo, c’est tout le contraire qui se produit actuellement en ce qui trait à l’information, a ajouté la journaliste Maëlle Fouquenet. La montée en puissance des médias numériques comme Netflix ou Spotify démontre un changement dans la consommation d’information et de divertissement que les médias se doivent de suivre.

La souplesse du podcast permet aux auditeurs d’écouter ce qu’ils veulent quand ils le veulent. C’est cette souplesse que les médias tentent d’exploiter pour attirer de nouveaux consommateurs, principalement les jeunes. «Ce sont 80 % des consommateurs de podcasts qui ont moins de 35 ans», a précisé M. Ronez.

Dans une ère où les contenus gratuits abondent, le coût de production de l’audio devient nettement avantageux comparativement à la vidéo sans pour autant en diminuer la qualité de l’information. «Le fond reste le même, mais c’est la forme qui est nouvelle», a fait état la directrice adjointe du quotidien régional la Nouvelle République, Delphine Noyon. Selon elle, le format audio permet «d’aller voir et de donner la parole aux gens. Ils sont beaucoup plus expressifs, moins timides, sans la vidéo».

Les différents intervenants s’entendent pour dire que la quantité de podcasts augmente sans cesse et que le phénomène pourrait continuer de grandir, notamment en raison de la gratuité de la grande majorité de ces derniers.

À propos de Samuel Duchaine

Originaire de Saint-Hubert et après un séjour dans la construction, il est de retour sur les bancs d'école du Cégep de Jonquière à 25 ans pour réaliser son rêve de devenir journaliste. Samuel se dit mieux outillé que jamais pour réussir. Il ne recule devant aucun défi et croit que l'on continue d'apprendre à tous les jours. Sa passion pour le sport est indéniable peu importe le sport mais sa grande force est sa polyvalence. Grand passionné de voyage, il souhaite combiner ses deux passions dans sa carrière de journaliste. Son plus grand rêve serait de couvrir les olympiques et plus précisément de décrire un but victorieux en prolongation pour Équipe Canada Hockey.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …