dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / Actualités / Mario Simard attiré par « l’unité » des bloquistes

Mario Simard attiré par « l’unité » des bloquistes

Le politologue et chargé de cours à l’UQAC, Mario Simard, explique que c’est le vent « d’enthousiasme » et « d’unité » dans les rangs bloquistes qui l’ont amené à lancer sa candidature pour l’investiture du Bloc québécois dans Jonquière.

Mario Simard lance sa candidature pour l’investiture du Bloc québécois dans Jonquière.
Crédit photo : Communiqué de presse ; lancement de candidature.

C’est en mars dernier que s’est tenu à Sorel-Tracy le Congrès de refondation du Bloc québécois, un important rassemblement de militants, d’élus et d’anciens du parti.  « Au Congrès, il y avait un sentiment d’unité dans le parti. J’y ai vu de vieilles connaissances, et ça m’a donné confiance », a-t-il dit en entrevue.

Selon lui, ce vent d’unité est attribuable à l’arrivée du nouveau chef, Yves-François Blanchet, qui succède à Martine Ouellet et à une période d’instabilité du parti. « Le Bloc a connu des difficultés au cours des dernières années. Ça fait un bout que le mouvement souverainiste se tire dans le pied. On peut maintenant se concentrer sur les enjeux. »

Simard affirme que l’arrivée de leur nouveau chef est un des aspects importants qui l’ont poussé à lancer sa candidature. Il croit également que le parti doit s’attendre à « un retour de balancier » et à l’élection d’un plus grand nombre de candidats bloquistes aux prochaines élections fédérales, puisque « la situation au gouvernement canadien est favorable ». « On n’a pas le soutien d’Ottawa, a-t-il ajouté. Maintenant, on arrive dans une conjoncture. La gestion de l’offre, les forêts, l’environnement et les intérêts régionaux sont des enjeux mis de côté. »

Selon lui, une importante partie de leurs partisans ont migré vers le Nouveau Parti démocratique (NPD) aux dernières élections fédérales de 2015. Les faibles intentions de vote annoncées pour le NPD en vue des prochaines élections annonceraient un retour de beaucoup d’électeurs vers le Bloc québécois.

Un homme d’expérience

Mario Simard est un militant souverainiste de longue date. Il a participé à l’investiture péquiste dans la circonscription du Dubuc aux dernières élections provinciales, qui a été remportée de justesse par Marie-Annick Fortin à 51 % des voix. C’est finalement le candidat caquiste François Tremblay qui a été élu député du comté.

S’il remporte son investiture, le politologue briguera, l’automne prochain, le poste de député contre l’actuelle députée néodémocrate, Karine Trudel, et le médaillé paralympique en natation dans les rangs conservateurs, Philippe Gagnon.

À propos de Antoine Pelland-Ratté

Originaire de Saint-Augustin-de-Desmaures, on pourrait décrire Antoine Pelland-Ratté comme un véritable amoureux de la pensée. Jouer l’avocat du diable, explorer de nouveaux concepts atypiques et s’impliquer dans des projets diversifiés font partie de ses activités favorites qui définissent pleinement sa personnalité et ses intérêts. Il tire d’ailleurs ce petit penchant pour les loisirs intellectuels de son parcours sinueux à travers tous les domaines de l’art et des sciences humaines. On parle ici de musique, de théâtre, de dessin, de peinture, de sculpture, d’histoire, et bien sûr, de politique. En effet, son implication politique dans la vie étudiante est ce qui justifie le mieux son penchant revendicateur. C’est d’ailleurs cette vive passion pour l’apprentissage des rouages de la politique qui l’a mené, en 2017, à s’enraciner en Art et technologie des médias, dans le profil « journalisme ». Après ses études collégiales, il envisage de réaliser un Baccalauréat intégré en relations internationales et affaires publiques à l’Université Laval, afin d’acquérir au travers de son parcours des compétences qui lui permettront d’enjoliver sa communauté, et ce, à travers l’art de la politique.

À voir aussi

Des bornes historiques à Arvida

Une vingtaine de panneaux historiques ont été installés dans le secteur Arvida. Ces inscriptions, placées …