lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Arts & culture / Lancement littéraire | Russel-Aurore Bouchard, la passion de l’histoire par des souvenirs
Lancement littéraire

Russel-Aurore Bouchard, la passion de l’histoire par des souvenirs

Pour son dernier livre, Héros de mon enfance et secrets d’histoires, Russel-Aurore Bouchard a choisi de raconter, en six textes, diverses histoires oubliées de la région du Saguenay. Et elle a laissé une place de choix aux femmes pour apporter un autre angle dans le travail des historiens.

«Les femmes ont aussi leur rôle, mais on n’a jamais leur regard. Je leur ai rendu un hommage pour dire que je ne les ai pas oubliées. Et pour donner une leçon à mes collègues sur l’importance des témoignages des femmes et montrer cet angle mort de l’histoire», a-t-elle expliqué lors de son lancement de son livre mardi soir à la salle Marguerite-Tellier, à Chicoutimi.

Parmi les sujets abordés, il y a la destruction du quartier de la Traverse de Saint-Anne ou encore le portrait d’Émilie Fortin, une Saguenéenne au Klondike.

Passion dans l’âme

Éditée à son propre compte, Mme Bouchard ne cache pas que c’est dur de renouveler les lecteurs. «Mon lectorat se meurt», ricane-t-elle. Mais elle met un point d’honneur à sortir des sentiers battus par un travail de recherche assidu et par des témoignages pour raconter et affirmer ses textes. «J’ai repris l’enquête des restes de McLeod, le fondateur de Chicoutimi, au point que le texte est devenu un polar», confie-t-elle. Elle tient à souligner que la réalisation de son travail est due à ces amis et sa femme. «Ce soir, j’étais grande, car les gens étaient grands. Si les gens n’avaient pas été là, j’aurais été très petite», raconte-t-elle. Elle tenait aussi à remercier sa compagne de vie, Madeleine Bouchard, et ses amis pour la réalisation de son œuvre.

 Avenir

Mme Bouchard ne tire pas sa révérence. Au contraire, elle projette d’écrire un nouveau livre avec des sujets précis sur le peuple indien, comme le mariage à l’indienne, le rituel du tabac ou encore les tatouages. «Je vais prendre mon temps et m’amuser», confie-t-elle.

Dans l’avenir, elle souhaiterait que le public jeune s’intéresse au patrimoine de la région. À eux, elle leur donne une leçon par une citation de son livre. «Il faut refuser passionnément d’être autre chose que des humains. Des êtres de mémoire, dignes, libres et faisant l’histoire», conclut-elle.

L’historienne Russel-Aurore Bouchard, en compagnie de sa conjointe Madeleine Bouchard, montre son dernier livre. (Photo: Edward Sanger)

 

 

À propos de Edward Sanger

Edward Sanger est originaire de la France. Il obtient sa double citoyenneté à l'âge de 6 ans. Edward a travaillé fort pour pouvoir tracer son chemin. Homme de ménage, boulanger, serveur ou encore barman, il ne dépend jamais des autres pour aller au bout de ses rêves. Passionné de la photographie depuis toujours, il participe à des concours et à des expositions dans le style du portrait. Souriant et désireux d'aider les autres, il projette de devenir psychologue photographe en art thérapie via les discussions. Pour le moment, il est photographe de lutte à Jonquière et il est à la tête d'un comité LGBT+. Edward Sanger ne connait pas le mot abandon. Il se relève après chaque coup pour gagner de l'expérience et se démarquer plus. Son prochain objectif, aider la communauté LGBT+ dans les médias.

À voir aussi

L’heure du conte | Apprendre une langue par la lecture

Bien établie dans les bibliothèques de Saguenay, l’heure du conte propose maintenant un projet d’apprentissage …