lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Arts & culture / Un premier long métrage pour Guillaume Langlois

Un premier long métrage pour Guillaume Langlois

Guillaume Langlois pose devant l’affiche de son premier film, exposée dans son bureau au Cégep de Jonquière.
Photo: Mariane Guay

 

Guillaume Langlois se lance dans la réalisation de son premier long-métrage intitulé Là où tout se rassemble, un film qui portera sur les ressemblances entre les élèves d’une école de Chicoutimi et ceux d’une école innue.

Le scénario du documentaire est une suite du court-métrage Historytelling réalisé par M. Langlois en 2017. Le réalisateur examinait les comportements des jeunes de 4e année d’une école de Chicoutimi, parallèlement à ceux d’une école de la communauté innue de Pessamit sur la Côte-Nord, par le biais d’exposés oraux sur l’histoire. Cette fois, il creuse plus loin et souhaite vivre pleinement le quotidien des jeunes. «Je vais les suivre tout au long de l’année scolaire dans le but de créer une rencontre entre ces groupes d’enfants. Pour la fin potentielle, les deux groupes de jeunes vont se retrouver sur un site en forêt pour apprendre à se connaître», a expliqué le professeur en Art et technologie des médias.

Qui se ressemble s’assemble

Entre les prises de vue à la maison et la fin possiblement en sortie dans les bois, M.Langlois créera une correspondance entre les deux écoles. Cet échange  permettra selon lui de démontrer qu’en fait, même s’ils proviennent de deux environnements éloignés, ils ne sont pas si différents. «À travers cette correspondance, je pourrai leur imposer des sujets. Au début, par exemple, ce sera une description de soi, mais après, je pourrai aller plus loin avec des questions à propos de leurs rêves, leurs futurs projets. Au final, ça montrera qu’ils sont pareils ces enfants-là!», a-t-il mentionné.

Une histoire de financement

Pour le court-métrage, Guillaume Langlois avait obtenu du financement de l’organisme chicoutimien Bande Sonimage, mais cette fois, il doit se doter d’un budget plus important. «Nous avons reçu une bourse de Téléfilm Canada et présentement nous tentons de boucler le budget du film en faisant d’autres demandes de bourse, dont une rattachée au Festival du film de Toronto», a-t-il ajouté. Il est important pour lui d’aller chercher le plus d’argent possible, car cela correspond à plus de jours de tournage auprès des jeunes et à un meilleur rendu.

Le tournage devrait s’entamer très bientôt et se conclure en juin. Le montage devrait être terminé pour l’automne prochain.

À propos de Mariane Guay

Mariane est une étudiante originaire de Saint-Félicien au Lac-Saint-Jean. Elle est d’ailleurs très attachée à sa région et à sa famille et échappe parfois un «lala ou un à cause». Tout comme l’athlète du même nom, Mariane a passé une très grande partie de sa courte vie à pratiquer le patinage de vitesse. Cette passion pour les sports s’est élargie au cours des années jusqu’à écouter religieusement chaque partie de hockey et de tennis sur le Réseau des sports. Elle compte poursuivre ses études à l’université après avoir obtenu son diplôme collégial.

À voir aussi

L’heure du conte | Apprendre une langue par la lecture

Bien établie dans les bibliothèques de Saguenay, l’heure du conte propose maintenant un projet d’apprentissage …