lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Sports & loisirs / Une cavalière d’exception

Une cavalière d’exception

Éli-Jeanne étire ses muscles sur Jack, aux côtés de Louise

 

Même si Éli-Jeanne Tremblay est atteinte de la neuropathie sensitivomotrice, une maladie qui touche ses nerfs et ses muscles en les affaiblissant d’année en année, l’Almatoise de 19 ans pratique l’équitation avec aisance depuis maintenant dix ans.

Myriam Tremblay | Myriam.tremblay25@hotmail.com

L’équitation agit comme une thérapie pour la jeune dame, qui n’est pas capable de marcher sans l’aide d’une marchette. Son enseignante d’équitation, Louise Bouchard, explique que ce sport est bon pour le tonus de son élève, pour les muscles de ses jambes et de ses bras ainsi que pour ses articulations. «Le but est de lui faire faire des exercices au pas comme si elle marchait. Un cheval, ça marche un peu comme un humain. Donc, elle utilise ses muscles qui sont normalement utilisés pour la marche, mais qu’elle a de la difficulté à développer avec sa maladie», expose-t-elle.

Une compréhension mutuelle s’est développée au fil du temps entre Éli-Jeanne et sa monture, Jack. «On est une super équipe», s’exclame-t-elle. Le cheval sait que sa cavalière est plus fragile et celle-ci a entièrement confiance en Jack. «C’est un duo incroyable, commente l’enseignante Louise Bouchard. Ces deux-là possèdent une réelle connexion. Je ne suis pas toujours aux côtés d’Éli-Jeanne lors des cours puisque je sais que Jack ne la déstabilisera pas.»

Grande patience

Le handicap d’Éli-Jeanne ne l’empêche pas de faire comme tous les autres cavaliers de l’écurie BM, située à Saint-François-de-Sales. L’Almatoise brosse son cheval et suit ses cours avec un grand plaisir. «J’aime beaucoup le contact avec l’animal», témoigne-t-elle. Lors des leçons, elle apprend à diriger son cheval et à faire des figures dans le manège.  La seule difficulté rencontrée survient au moment de se hisser sur le dos de la monture. «Jack a développé une grande patience avec Éli-Jeanne, raconte Louise Bouchard. Il reste immobile tout le temps de la manœuvre.» Afin de l’aider à monter, l’écurie a construit une échelle adaptée à l’aide d’un escalier de piscine modifié.

La prochaine étape pour Éli-Jeanne Tremblay est de réussir à arriver à son bal, en juin prochain, montée sur Jack. Son enseignante la soutient pour qu’elle puisse atteindre son objectif.  «De voir la volonté qu’elle a de faire ce sport, ça m’apporte beaucoup, confie Louise Bouchard. L’équitation, elle a ça dans le sang.»

La neuropathie sensitivomotrice

La neuropathie sensitivomotrice avec ou sans agénésie du corps calleux est une des cinq maladies héréditaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est une maladie dégénérative qui affaiblit les muscles et pour laquelle aucun traitement n’est actuellement connu. Les personnes atteintes souffrent entre autres de difficultés à marcher, de retard intellectuel de différents niveaux ainsi que de déformations aux mains, aux pieds et à la colonne vertébrale. L’espérance de vie des personnes ayant cette pathologie est inférieure à la normale.

Source : CORAMH

À propos de Myriam Tremblay

Myriam Tremblay est native de Chambord au Lac-Saint-Jean. Du haut de ses 19 ans, elle est philosophe à temps partiel et étudiante en journalisme à temps plein. Elle fait preuve d'un grand esprit critique et elle possède un bon sens de l'observation. Passionnée de musique, Myriam apprécie gratter les cordes de sa guitares ou celles de son ukulélé. Amatrice de grands espaces, elle adore explorer la faune et la flore.

À voir aussi

Soccer régional | Une nouvelle ligue de soccer à Alma

L’Association de soccer du Saguenay-Lac-Saint-Jean a décidé de créer une nouvelle ligue de soccer intérieur …