lundi , 21 octobre 2019
Accueil / Actualités / Festival des insectes de Chicoutimi I Découvrir les insectes et apprendre

Festival des insectes de Chicoutimi I Découvrir les insectes et apprendre

Pierre-Olivier Ouellet, propriétaire et fondateur de La Bibitte mobile, se déplace toute la semaine dans les écoles pour éduquer les enfants au monde méconnu des insectes.

Changer les préjugés que la population a envers le monde des insectes, voici la mission du propriétaire et fondateur de La Bibitte mobile, Pierre-Olivier Ouellet. Et cela passe par l’éducation et l’information auprès des enfants, un public souvent plus téméraire que les parents, confie-t-il.

Le festival des insectes qu’il a créé en 2015 est pour la première fois en tournée provinciale. De passage à La Pulperie de Chicoutimi les 5 et 6 octobre, c’était l’occasion pour les Saguenéens de se confronter au monde de l’infiniment petit. «Il est intéressant de voir que ce sont les enfants qui vont pousser les parents à s’approcher et à toucher les insectes. La première réaction est souvent que les insectes, c’est dégueulasse mais tous ressortent d’ici avec un regard neuf», explique M.Ouellet.

Ce festival des insectes comprend une collection de plus de 10 000 insectes, des ateliers de manipulations de scorpions, mygales, mantes religieuses, serpents et autres insectes. On y apprend entre autres que le mille-pattes n’a en réalité que 300 pattes environ. Les festivaliers pouvaient aussi déguster des grillons natures ou parfumés.

Véronique Samson et son fils de 7 ans et demi se sont soutenus pour tenter l’expérience des grillons au sirop d’érable. «Le goût est bon, c’est croustillant comme les chips», explique-t-elle, alors que son fils semblait apprécier.

Il était possible de goûter à des suçons aux bibittes.

Même si le festival des insectes est un projet de vulgarisation, il permet aux passionnés de la nature de découvrir ce monde que l’on aperçoit peu en région. «Il n’y a pas vraiment d’équivalent de ce festival en région même s’il existe le salon des animaux exotiques de Saguenay. Il comprend essentiellement des reptiles», affirme Izabel Samson, qui œuvre auprès du Groupe nature animée du Parc de la rivière du moulin à Chicoutimi pour la sensibilisation aux richesses naturelles qui nous entourent. «C’est important d’expliquer que les insectes sont essentiels dans la nature, il y a juste un cap psychologique à passer.»

Deux enfants caressent un lézard.
Une démonstration de l’anatomie de la mygale.

Georges Brossard comme inspiration

Georges Brossard, décédé en juin 2019, entomologiste québécois, plus grand collectionneur privé d’insectes au monde et fondateur de plusieurs insectariums à travers la planète, a été une inspiration pour M.Ouellet. «Je me suis rendu à ses funérailles car il a été un influenceur, il partageait sa passion et c’est exactement ce que je fais avec La Bibitte mobile que j’ai créée en 2012.» Les premiers documentaires sur les insectes filmés avec des caméras macro comme Insectia de M.Brossard ou Microcosmos: le peuple de l’herbe ont aussi beaucoup nourri sa curiosité.

 

 

À propos de Pascal Gaxet

Pascal nous vient du vieux continent! Il a quitté ses contrées sudistes en France où le climat est chaud et tempéré et a traversé l'atlantique pour braver le froid saguenéen. Tout ce périple pour réaliser son désir de s'intégrer au monde du journalisme. Il fait donc partie de cette classe sociale que l'on appelle «les maudits Français». Il y a fort à parier que vous ne le maudirez pas, mais sa maturité et son sens de la répartie vous séduiront. Ouvert d'esprit, il s'intéresse plus aux autres qu'à lui-même. Il sait déjà que la meilleure façon de recevoir, c'est d'abord de donner. Le métier de journaliste lui sied à merveille, car le journalisme c'est savoir s'effacer pour mettre en valeur l'autre. Une première expérience estivale dans le salle de rédaction du Quotidien l'a conforté dans ce choix. Dans un coin de sa tête, il espère devenir journaliste spécialisé dans les domaines qu'il aime comme le sport (soccer) ou l'actualité mondiale, mais reste ouvert à tous les secteurs. Cette dernière année dans le programme Journalisme sera l'occasion de se pratiquer encore plus et d'assouvir sa soif de nouvelles jamais rassasiée.

À voir aussi

Installations sportives au Cégep de Jonquière | Accès gratuit pour les étudiants

Le Cégep de Jonquière innove cette année en offrant l’accès à sa piscine et à …