vendredi , 13 décembre 2019
Accueil / Arts & culture / École nationale de l’humour | Cours annulé à Chicoutimi
École nationale de l'humour

Cours annulé à Chicoutimi

Sur 180 inscriptions, seulement 15 humoristes sont sélectionnés chaque année pour intégrer l’École nationale de l’humour. Crédit: Philippe Le Bourdais

Le cours d’initiation à l’humour de scène offert par l’École nationale de l’humour et qui devait avoir lieu à Chicoutimi a été annulé en raison d’un manque d’inscriptions. Toutefois, tout porte à croire que ce n’est pas parce que la relève en humour manque à Saguenay.

Seulement offert à Gatineau, à Québec et initialement à Chicoutimi, ce cours intensif d’une durée de deux fins de semaine propose à n’importe qui la chance d’être initié à la création de matériel humoristique pour la scène. À Saguenay, la promotion du projet n’a pas été suffisante pour que le cours voit le jour, contrairement aux deux autres villes concernées, selon le directeur pédagogique de l’École nationale de l’humour, Yves Trottier.

Les ateliers d’écriture humoristique donnés dans la région l’an dernier par l’humoriste saguenéen et professeur à l’École nationale de l’humour, Simon Delisle, avaient pourtant bien fonctionné. «Ce n’est pas encore assez connu. Dans ce temps-là, comme on commençait, les entrevues radiophoniques avaient aidé à faire connaître le projet», explique Yves Trottier. Une formule plus courte est à prévoir à Chicoutimi pour la session prochaine.

Les Saguenéens sous les projecteurs

«Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est bien représenté à l’École de l’humour, autant chez les professeurs que chez les étudiants. Il n’y a pas des finissants à chaque année, mais quand il y en a, ils se démarquent», reconnait M. Trottier, lui-même originaire de la région.

Deux nouvelles recrues d’ici font leur entrée à l’École nationale de l’humour cette année, avec deux styles complètement différents : Simon Duchesne et Tommy Néron-Tremblay. «La finissante saguenéenne de l’année dernière, Geneviève Major-Landry, sort des sentiers battus», ajoute M. Trottier. Cette dernière, qui a appris lors de son parcours qu’elle avait le syndrome d’Asperger, est désormais humoriste conférencière.

Mathieu Dufour a rempli deux fois le Club Soda grâce à Instagram. Crédit: Philippe Le Bourdais

Le Jonquiérois Mathieu Dufour, une étoile montante de l’humour, a connu son succès principalement grâce aux médias sociaux après avoir gradué de l’École en 2017. «En publiant du contenu humoristique fidèle à moi-même, les réseaux sociaux m’ont permis de me faire un nom, de pouvoir me donner en spectacle un peu partout», explique l’humoriste. Aujourd’hui, il détient près de 41 800 abonnés sur Instagram.

Selon Mathieu Dufour, ce qui fait la force des gens du Saguenay en humour, c’est qu’ils amènent une saveur différente aux grandes villes. «En région, on est reconnu pour être rassembleur. On a une mentalité différente», confie l’humoriste.

À propos de Ann-Sophie Gagné

Ann-Sophie Gagné
Originaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Ann-Sophie n’a pas la langue dans sa poche. Acrobate de la langue de Molière, elle écrit et lit des briques depuis son jeune âge. Tout ce qui touche le monde des médias la passionne, mais elle a toujours eu un faible pour la communication orale (et l’application d’un humour quasi raffiné au quotidien). Apprendre à connaître les gens et leur histoire, c’est précieux pour Ann-Sophie. De belles discussions et des entrevues, elle en raffole. Devant une caméra, elle se sent vivante. Directrice du webmagazine La Cerise depuis plus d'un an, elle aime se donner des défis et laisser sa trace un peu partout où elle met les pieds. Comment décrire sa personnalité en quatre mots ? Passionnée. À. Temps. Plein.

À voir aussi

Un festival pour rire… des festivals

Créer un festival pour rire de la prolifération des… festivals. C’est l’idée qu’ont eue Félix …