mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Actualités / Un emploi en sol québécois | Opération séduction à Saguenay
Un emploi en sol québécois

Opération séduction à Saguenay

La 3e édition d’un emploi en sol québécois se déroulait à l’hôtel Chicoutimi.

Saguenay a déroulé le tapis rouge pour accueillir 29 immigrants installés à Montréal, à l’hôtel Chicoutimi, vendredi matin. L’objectif du programme Un emploi en sol québécois est d’inciter ces personnes à pourvoir des postes et s’installer dans la région.

Ces opérations séduction visent à installer des immigrants en région, car les entreprises ont des besoins qui ne sont pas comblés. «Près de 55% des emplois se situent à l’extérieur des grands centres», affirme la directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF), Sandra Rossignol.

Le président du conseil d’administration de la CCISF, Carl Laberge, explique qu’un emploi en sol québécois est une forme de publicité de la région. «C’est une main tendue, sans cet évènement c’est très difficile pour des immigrants de faire de la recherche d’emploi en région, précise M. Laberge. On facilite la connexion entre candidats et besoins des entreprises.»

Une terre industrielle et technologique

Les emplois proposés à cette 3e édition sont à l’image du Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Il y a une tradition de la grande industrie au Saguenay, nous avons besoin de machinistes, soudeurs, mais aussi d’informaticiens et de programmeurs», explique conjointement Mme Rossignol et M. Laberge.

Hugo Morales, Colombien arrivé en novembre 2018 au Canada, postule pour la fonction de chef de projet technologique dans l’entreprise CGI. «Je cherche une opportunité d’emploi et je n’ai pas de réticence à venir en région.» Alors que Lucile Sixt, Française, en Permis vacances-travail (PVT) souhaite obtenir un poste d’acheteuse dans l’industrie. «Je vivais en région en France mais je ne sais pas encore si je m’installerai définitivement.»

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean fait partie des huit régions qui participent à ce programme avec un budget global de 3M$. Les deux premières éditions ont permis à quatre personnes d’obtenir un emploi à Saguenay.

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, Mario Simard, Josée Néron et La MRC du Fjord étaient présents.

Un emploi, mais pas que

Le défi d’attirer des candidats en région se situe dans la logistique. «Il ne s’agit pas seulement d’offrir un emploi à une personne, il s’agit d’accueillir une cellule familiale entière», explique M. Laberge. Outre les employeurs, de nombreux organismes participaient dans le but de faciliter l’intégration. La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay présentait ses écoles, l’UQAC proposait des mises à niveau en français et le groupe Inclusia conseillait les nouveaux arrivants. «Notre rôle est d’accompagner les personnes immigrantes en les référant aux bons services comme l’inscription dans des garderies, écoles et services de santé», mentionne l’intervenante d’Inclusia, Linda Jbiniani.

À propos de Pascal Gaxet

Pascal Gaxet
Pascal nous vient du vieux continent! Il a quitté ses contrées sudistes en France où le climat est chaud et tempéré et a traversé l'atlantique pour braver le froid saguenéen. Tout ce périple pour réaliser son désir de s'intégrer au monde du journalisme. Il fait donc partie de cette classe sociale que l'on appelle «les maudits Français». Il y a fort à parier que vous ne le maudirez pas, mais sa maturité et son sens de la répartie vous séduiront. Ouvert d'esprit, il s'intéresse plus aux autres qu'à lui-même. Il sait déjà que la meilleure façon de recevoir, c'est d'abord de donner. Le métier de journaliste lui sied à merveille, car le journalisme c'est savoir s'effacer pour mettre en valeur l'autre. Une première expérience estivale dans le salle de rédaction du Quotidien l'a conforté dans ce choix. Dans un coin de sa tête, il espère devenir journaliste spécialisé dans les domaines qu'il aime comme le sport (soccer) ou l'actualité mondiale, mais reste ouvert à tous les secteurs. Cette dernière année dans le programme Journalisme sera l'occasion de se pratiquer encore plus et d'assouvir sa soif de nouvelles jamais rassasiée.

À voir aussi

Josée Néron appuie le Publisac

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a confié au Quotidien cette semaine qu’elle défend fermement …