mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Opinions / Mieux vaut tard que jamais

Mieux vaut tard que jamais

16Les travaux du Théâtre Palace Arvida ont enfin commencé le 30 octobre après cinq longues années d’attente. Il était temps diront plusieurs, enfin diront d’autres, mais tous s’accordent, il était inconcevable de laisser à l’abandon un morceau de l’histoire de la région et un tremplin pour les artistes.

Le merveilleux monde des arts et spectacles connaît son lot de difficultés depuis plusieurs années. Musique «gratuite» en ligne, cinéma et séries télévisées piratées sur le net. Avec ces inconvénients pour les artistes, ceux qui écopent le plus sont les jeunes. Il est grand temps d’en faire plus pour aider ce milieu, pas seulement par une aide financière des gouvernements, mais aussi par les habitudes de consommation de la population.

Le Théâtre Palace Arvida est en cours de rénovation et il était grand temps. Photo: Samuel Duchaine

L’enveloppe supplémentaire des gouvernements pour le Palace va en ce sens. On ne se le cachera pas, ça fait du bien. Ils ont les poches profondes pour financer les projets sportifs, mais souvent vides pour l’univers artistique. Pas qu’il faut négliger le sport, mais l’art doit aussi avoir sa place, une grande place.

Maintenant, c’est aux gens de jouer. Il est impératif d’encourager la relève et le talent local. C’est la culture et l’histoire qui en dépendent. La population qui clame des investissements dans la culture devra désormais se mobiliser et donner raison au projet.

Le futur partenariat avec les étudiants du département d’Art et technologie des médias va dans cette foulée. Le programme fait actuellement plusieurs captations mobiles, plus souvent qu’autrement du sport, eh oui, encore du sport. Cette fois, ils pourront diffuser des œuvres qui non seulement les aideront dans leur parcours scolaire, mais feront la promotion des arts et spectacles et des talents émergents. Bravo !

Ouf ! Il s’en est fallu de peu

On est passé bien près d’un désastre dans ce dossier. Le Palace a été fermé en 2014, pour des raisons de sécurité. Le toit s’effritait, ce qui mettait en péril la sécurité de ses occupants. C’était le début d’une longue saga. Les coûts initiaux des travaux étaient de 4,8 millions $. À force d’attendre, ce montant est passé à 7 millions $, ce qui a forcé Diffusion Saguenay à redemander des subventions gouvernementales. Le groupe qui gère le Palace a finalement eu son enveloppe, au grand plaisir de plusieurs.

Pourquoi un désastre ? Non seulement le Palace est un édifice patrimonial reconnu et que son ambiance et son charme sont au cœur de la réussite de tous les spectacles qu’il reçoit, mais il a été construit en 1920. Faites le calcul, le Théâtre Palace Arvida aura 100 ans l’an prochain. Ce sera une occasion incroyable de démontrer la place qu’occupe l’établissement dans le cœur des gens. Sans le dénouement que l’on connait, les 100 ans auraient été un coup dur pour les amateurs et la pilule aurait été difficile à avaler.

À propos de Samuel Duchaine

Samuel Duchaine
Originaire de Saint-Hubert sur la Rive-Sud de Montréal, Samuel a effectué un retour sur les bancs d’école, à 25 ans, au Cégep de Jonquière pour réaliser son rêve de devenir journaliste. Après un passage en comptabilité et dans le domaine de la construction, il se sent outillé plus que jamais pour arriver à ses fins. Fonceur, il ne recule devant aucun défi et c’est une des raisons pour laquelle il a accepté un poste au journal Le Quotidien entre sa deuxième et troisième année de technique. Il aime dire que l’on apprend tous les jours et que chaque expérience peut nous servir un jour. Sa passion pour le sport est indéniable et ce, peu importe de quel sport il s’agit. Cependant, sa plus grande force reste sa polyvalence, ce qui lui permet de traiter n’importe quel sujet. Également passionné par la découverte du monde, il souhaite combiner ses deux plus grandes passions dans sa carrière médiatique. Ses deux objectifs, couvrir les Jeux olympiques et gravir l’Everest.

À voir aussi

Téléphone arabe

Avec les réseaux sociaux qui ont atteint un niveau d’accessibilité hors du commun et une …