Accueil / Actualités / Véhicules électriques | Saguenay achète de nouvelles bornes
Véhicules électriques

Saguenay achète de nouvelles bornes

16Saguenay souhaite faire l’achat de quatre à cinq bornes de recharge standard supplémentaires pour les voitures électriques. Elles devraient être installées d’ici le printemps 2020.

Selon l’Association des véhicules électriques du Québec, il y avait 112 120 voitures électriques en circulation au Canada en date du 31 mai 2019. Photo : Lilia Gaulin

 Les nouvelles stations de recharge seront situées à la bibliothèque de Chicoutimi ainsi qu’au Centre des sports Jean-Claude Tremblay de La Baie. Le conseiller municipal du district 8 et président de la Commission du développement durable, Simon-Olivier Côté, a souligné que le coût de chaque borne s’élève à environ 4000 $.

Côté croit qu’il est primordial de développer un circuit afin de favoriser l’électromobilité. «Ce projet est autant pour les gens de Saguenay que de l’extérieur. On veut que ce soit facilitant pour l’ensemble de la population. Il y a un engouement pour les voitures électriques en raison des nouveaux programmes incitatifs, mais les municipalités doivent mettre des bornes dans certains endroits stratégiques.»

Le site web Circuit Électrique indique que 56 bornes de recharge électrique sont actuellement disponibles sur le territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

D’après un rapport publié par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), le Saguenay–Lac-Saint-Jean est la région où le nombre de véhicules électriques a le plus augmenté de 2018 à 2019.

L’administrateur et porte-parole média de l’Association des véhicules électriques du Québec, Daniel Breton, estime qu’il reste du travail de sensibilisation à faire auprès de la population. «Il faut mobiliser les acteurs de tous les milieux pour leur montrer la direction que l’on souhaite prendre.»

Selon lui, le premier aspect à améliorer en ce qui concerne l’électrification des transports est l’éducation. La disponibilité des véhicules est également une lacune. «Il y a beaucoup plus de demandes qu’il y a d’offres», a soulevé celui qui a occupé la fonction de ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Faune et des parcs de septembre 2012 à novembre 2012.

À propos de Lilia Gaulin

Originaire de l’Estrie, Lilia est passionnée par le sport depuis son plus jeune âge. Joueuse de soccer et de hockey, elle a le rêve un peu fou de couvrir les Jeux olympiques. À son arrivée à Jonquière, elle confirme sa passion pour le monde envoûtant de l’actualité, ce qui vient brouiller les cartes de son avenir. L’ensemble des domaines l’intéresse, mais elle a un petit faible pour l’actualité sportive. Indécise entre la presse écrite, la télévision et la radio, Lilia souhaite toucher à tous les types de médias. L’été dernier, elle a eu le plaisir de travailler en tant que pigiste au journal La Tribune. Cette expérience plus qu’enrichissante est venue assurer son choix de carrière. Le journalisme est pour elle une façon de donner une voix aux gens.

À voir aussi

TECFÉE : Le taux de réussite augmente à l’UQAC

Après avoir connu le plus haut taux d’échec au Québec en 2018 avec seulement 23,4 % …