mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Actualités / Regard sur les déjà-vus | Le cerveau vous joue des tours
Regard sur les déjà-vus

Le cerveau vous joue des tours

Vous est-il déjà arrivé d’être au cœur d’une situation, pourtant inédite, qui vous semble étrangement familière ? Si oui, pas de panique ! Selon plusieurs sources consultées, environ 70 % de la population a déjà ressenti la sensation de déjà-vu, au moins une fois dans sa vie. Plusieurs hypothèses ont été émises afin de démystifier ce phénomène.

Selon un article publié par le magazine Québec Science en 2014, le phénomène de déjà-vu est très complexe. Dans ce texte, on explique que cette sensation est causée par «un très court délai entre le moment où l’information captée par un œil atteint notre cerveau et celui où l’information captée par l’autre œil fait de même. Normalement, ces deux informations sont acheminées simultanément. Mais lorsque ce petit “bogue” survient, en recevant le second message, le cerveau éprouve cette sensation de déjà-vu. En d’autres mots, ce phénomène est provoqué par certains stimuli qui ont été entreposés dans notre mémoire avant même d’être perçus. »

La psychologue cognitive de l’Université de l’État du Colorado, Anne Cleary, a comparé le phénomène à avoir un mot sur le bout de la langue. Disons que la sensation de déjà-vu est semblable à celle d’avoir un mot sur le bout de sa mémoire.

Certaines théories ont été avancées pour expliquer le phénomène. Toutefois, aucune n’a été vérifiée totalement. Il y a plusieurs types de déjà-vu, le plus populaire étant celui qui touche de nombreuses personnes dans la population, et ce, peu importe leur état de santé. « On ne connaît pas la cause qui déclenche ce type de déjà-vu, mais ça nous apparait bénin», a souligné la neurologue de la clinique de neurologie de Chicoutimi, Amélie Govare.

Les épileptiques plus à risque ?
Photo tirée d’Internet

Le déjà-vu et l’épilepsie sont souvent reliés. En effet, cette sensation peut être un prodrome d’une crise, c’est-à-dire un signe avant-coureur. Selon Dre Govare, la région du cerveau touchée par cette maladie peut causer des sensations de déjà-vu. «Les épilepsies provenant du lobe temporal peuvent déclencher des périodes de déjà-vu. Parfois, il y a des patients qui vont décrire des sensations de déjà-vu avant de faire des convulsions. C’est comme si la zone du cerveau d’où provient leur crise d’épilepsie déclenche d’abord les sensations de déjà-vu. Après ça, il y a une propagation électrique dans le cerveau qui provoque des crises généralisées.»

 

À propos de Lilia Gaulin

Originaire de l’Estrie, Lilia est passionnée par le sport depuis son plus jeune âge. Joueuse de soccer et de hockey, elle a le rêve un peu fou de couvrir les Jeux olympiques. À son arrivée à Jonquière, elle confirme sa passion pour le monde envoûtant de l’actualité, ce qui vient brouiller les cartes de son avenir. L’ensemble des domaines l’intéresse, mais elle a un petit faible pour l’actualité sportive. Indécise entre la presse écrite, la télévision et la radio, Lilia souhaite toucher à tous les types de médias. L’été dernier, elle a eu le plaisir de travailler en tant que pigiste au journal La Tribune. Cette expérience plus qu’enrichissante est venue assurer son choix de carrière. Le journalisme est pour elle une façon de donner une voix aux gens.

À voir aussi

Josée Néron appuie le Publisac

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a confié au Quotidien cette semaine qu’elle défend fermement …