mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Reportages / Trouver l’amour | Une mission pas si impossible
Trouver l'amour

Une mission pas si impossible

Badoo, Tinder, Bumble, Réseau Contact, en veux-tu, en voilà. Visiblement, trouver l’amour n’est pas une tâche facile. Mais que faire pour trouver le bon ou la bonne?

Aller au bar? «Toujours le même monde, trop classique.» Au cinéma? «C’est dépassé, on est à l’air de Netflix.» À la salle d’entraînement? «Non, on a tous nos écouteurs, on a chaud, on sue, ce n’est pas propice aux rencontres.» Au travail? «Les fameux partys de bureau. Ça va être malaisant demain.» En 2019, où est-ce que l’on trouve ça, l’âme sœur?

La fondatrice de l’agence de rencontre Entre Vous 2, Geneviève Guimond, constate qu’une fois le cap des 35 ans franchi, il est plus difficile de trouver la fameuse flamme.

«Avec les réseaux sociaux, on n’a jamais été autant isolé. Les gens ont de moins en moins de contacts humains», confie l’entremetteuse.

«Ce n’est pas compliqué, aujourd’hui le monde magasine l’amour sur internet. Les gens se sont tournés vers les ordinateurs pour créer des liens. Passé 35 voire 40 ans, on a nos enfants, notre petite famille, notre routine. Lorsqu’on arrive à la maison le soir, on ne sort plus en ville. Puis admettons que la personne se donne le coup de pied, elle ne va pas aller s’asseoir seule à une table en disant “venez, je suis célibataire’’», admet-elle sourire en coin.

Sympathique et très colorée, Geneviève Guimond rappelle que les temps ont changé et que l’on est bien loin de l’époque où les soirées se finissaient avec un «slow».

«C’est ironique, on parle de ça comme si ça faisait des lustres, pourtant moi j’ai connu cette époque-là.»

Malgré le fait que les gens peuvent parfois être confus sur les étapes à suivre, qu’il peut être difficile d’entamer le processus de recherche, il ne faut pas généraliser et seulement voir le côté négatif.

«En moyenne, 70% de mes clients trouvent l’amour. La vraie question, c’est en combien de temps. Les gens se disent parfois prêts, mais ne le sont pas vraiment, c’est du cas par cas.»

Geneviève Guimond ne lésine pas sur les détails. Ça fonctionne à sa manière. Ça ne lui dérange pas de dire «non» à des clients, si elle ne ressent pas une bonne «vibe». Chaque client passe en entrevue et elle se déplace chez lui. C’est non négociable.

«C’est important pour moi de saisir l’aura, l’ambiance de la personne et je suis persuadée que c’est ce qui fait une grosse différence.»

Par la suite, elle établit un profil personnalisé basé sur un test de personnalité. Il y a également un suivi de rencontres. Bref, rien n’est laissé au hasard.

Geneviève Guimond, fondatrice de l’agence de rencontre Entre Vous 2, a créé 35 couples qui sont, à ce jour, toujours ensemble.

Geneviève Guimond porte plusieurs chapeaux. Parfois psychologue, parfois gourou de l’amour, elle a réussi à créer 35 couples qui sont, à ce jour, toujours ensemble.

«Former un couple solide, c’est tout un mandat. C’est sûr qu’il y a parfois des rencontres qui ne sont pas concluantes, on travaille avec des personnalités de toutes les sortes.»

À tous ceux qui sont pressés de trouver l’amour, elle rappelle que les bonnes choses arrivent à ceux qui savent attendre.

«Les gens veulent que ce soit demain. Ça ne se fait pas de même.»

Sylvie est cliente d’Entre Vous 2. Elle a eu recours aux sites de rencontres.

«C’est difficile de trouver une personne qui est au même point et qui, surtout, a un passé réglé.»

Elle fréquente un homme depuis un peu plus de deux mois.

«On y va une rencontre à la fois, il ne faut pas précipiter les choses, mais jusqu’à présent, je suis agréablement surprise.»

Celle qui comme plusieurs avait «quasiment» perdu espoir de trouver l’amour supporte l’idée que rien n’arrive pour rien et est confiante pour le futur.

À propos de Michael Fréchette

Michael Fréchette
Michaël Fréchette, 22 ans et originaire de Lévis, est un étudiant de troisième année en journalisme au Cégep de Jonquière. Dès son plus jeune âge, son intérêt pour le sport et la communication est bien présent. À défaut d'avoir marqué le but ultime en finale de la coupe Stanley, Michaël aspire à devenir journaliste sportif. Cet été, il a été à la co-animation d'une émission de radio sportive et ce fut marquant pour lui, c'est ce qu'il veut faire de sa vie. Cette expérience lui aura grandement servi afin d'élargir ses connaissances, et ce, sur tous les sports. Michaël est passionné, déterminé et travaillant, bien hâte de voir où toute cette aventure va le mener.

À voir aussi

L’équipe rend hommage à un jeune combattant de la leucémie | Victor Landry fait son entrée chez les Élites

Les deux sont des gardiens de but. Les deux arborent le numéro 31. Est-ce un …