mardi , 10 décembre 2019
Accueil / Actualités / Un règlement à encadrer

Un règlement à encadrer

La nouvelle réglementation obligeant deux périodes de récréation de 20 minutes est un geste louable du gouvernement du Québec qui souhaite se rapprocher de l’objectif recommandé de 60 minutes d’activités physiques par jour. Cependant, cette dernière est inutile sans un bon encadrement lors des périodes d’amusement.

Nicolas Bussières croit que le règlement est très profitable pour les jeunes à condition qu’ils profitent de cette période pour être actifs. Photo : Alexandre Brière

C’est du moins ce que croit le professeur au département des Sciences de l’éducation de l’UQAC, Nicolas Bussières.

«Il faudrait vraiment qu’il y ait une forme d’animation lors de ces périodes, que quelqu’un dirige ces dernières pour que les jeunes profitent de ce temps-là pour être réellement actifs. À quoi bon le règlement si les jeunes sont à l’extérieur, mais immobiles sur leur cellulaire. Il n’y aurait pas grand gain si on regarde ça de cette façon», a-t-il expliqué.

Si les jeunes profitent de cette période pour bouger plus, il n’y a aucun doute dans l’esprit du professeur que cette période sera bénéfique pour tous.

«Je suis tout à fait pour cette réglementation. C’est sûr que ça va profiter aux jeunes de faire plus d’activités physiques que par le passé, a affirmé M. Bussières, joint au téléphone. C’est possible que les jeunes ressentent une certaine fatigue physique, mais au niveau mental, le fait de prendre l’air et de sortir dehors, ça va leur faire du bien et plus particulièrement aux garçons. Être assis pendant une longue période de temps sans bouger peut être très difficile pour garder l’attention du jeune et cette réglementation va assurément tous les aider à garder leur concentration en classe.»

Une certaine flexibilité?

Outre un encadrement plus serré lors de ces récréations, M. Bussières espère que le règlement permet une certaine marge de manœuvre lors de situations incontrôlables.

«J’ose espérer qu’il y a une certaine flexibilité au règlement lorsque les températures extérieures seront inadéquates pour rester 20 minutes dehors, puisque c’est sûr que les plus jeunes sont plus susceptibles d’avoir froid rapidement. Dans ce cas, les récréations pourraient être écourtées à 10 minutes, par exemple.»

À propos de Alexandre Brière

Originaire de Québec, Alexandre est un jeune homme de 21 ans qui est mordu de statistiques sportives. Très curieux de nature, il a toujours soif de connaissances, principalement en sport et en histoire. Autant les sciences et les mathématiques le passionnaient au secondaire, aujourd'hui ce sont la caméra, la radio et le français qui cochent les cases de ses champs d'intérêt. Son objectif : faire carrière dans le monde de la télévision.

À voir aussi

Josée Néron appuie le Publisac

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a confié au Quotidien cette semaine qu’elle défend fermement …