Accueil / Actualités / Noël en centre jeunesse | Une pensée pour les enfants défavorisés

Noël en centre jeunesse | Une pensée pour les enfants défavorisés

Une liste de souhaits anonyme. Des cadeaux envoyés aux bureaux de la DPJ. Cinq cents enfants de la région auront droit à un Noël plus gai grâce à la générosité de «pères Noël improvisés» qui, depuis 25 ans, mettent un baume sur une période de l’année difficile pour les jeunes défavorisés.

Gérées par la Fondation pour l’enfance et la jeunesse, les démarches pour l’Opération Père Noël (OPN) débutent au mois d’octobre. Chaque jeune qui ne recevra pas de cadeau autrement que par cette campagne rédige une liste. Les donateurs s’impliquent à titre de «père Noël» et reçoivent ces lettres de façon anonyme. Ils achètent un cadeau et l’apportent aux différents centres du Saguenay-Lac-Saint-Jean jusqu’à Chibougamau-Chapais. Les présents sont remis aux jeunes le jour de Noël afin qu’ils aient quelque chose à déballer.

Plusieurs bénévoles appelés «les petits lutins» se déploient jusqu’au 13 décembre pour s’assurer que les cadeaux seront distribués aux enfants.
Plusieurs bénévoles appelés «les petits lutins» se déploient jusqu’au 13 décembre pour s’assurer que les cadeaux seront distribués aux enfants.

Bien que cette campagne semble peu connue de la population, elle ne manque pas de ressources. «C’est un heureux problème! On a toujours plus de pères Noël que d’enfants, a souligné la directrice générale de la Fondation, Karine Brassard. C’est une clientèle à laquelle on ne pense pas souvent, mais quand tu y penses une fois ça reste.»

L’OPN traite présentement 16 000 demandes de jeunes entre 0 et 18 ans dans toute la province. L’organisation comptait un nombre record l’année dernière avec 14 000 enfants desservis. La plupart de ces donateurs sont des entreprises, comme des citoyens jusqu’aux gagnants de gros lots.

Avec la rentrée scolaire, le temps des fêtes s’inscrit dans les périodes pénibles pour les enfants en Centre Jeunesse dû aux souvenirs et rassemblements familiaux qu’il implique. «On essaie de ne pas mettre les décorations trop tôt parce que cela peut être difficile», a reconnu Mme Brassard.

Des activités pour oublier

Depuis 2012, le Centre de la protection de l’enfance et de la jeunesse de Chicoutimi organise ce qu’il appelle un «Noël humanisé», afin de permettre aux jeunes en famille d’accueil d’oublier leur situation et passer un moment avec leurs parents. «La fondation paie pour des activités, mais de façon supervisée par les intervenants pour que cela reste sécuritaire», a révélé Mme Brassard. Deux soirées sont prévues, soit l’une pour les petits et une autre pour les adolescents. Des fêtes entre unités de vie sont aussi organisées pour les jeunes.

À propos de Arianne Béland

Arianne Béland
Magogoise dans l'âme et Saguenéenne d'adoption, Arianne s'est installée dans la région pour faire partie de la grande famille ATM. Amoureuse des arts de la scène et du cinéma, elle espère un jour pouvoir côtoyer le milieu culturel au quotidien par les communications. Endroit où ses références de films seraient enfin mises à profit. Dans ses temps libres, on peut la retrouver sur une montagne, été comme hiver. Il est aussi possible d'entendre son côté « bavard » au 92.5 Saguenay-Lac-Saint-Jean chaque semaine depuis bientôt trois ans. Par son programme ainsi que son nouveau mode de vie, elle apprend à sortir de sa zone de confort et y prend goût.

À voir aussi

TECFÉE : Le taux de réussite augmente à l’UQAC

Après avoir connu le plus haut taux d’échec au Québec en 2018 avec seulement 23,4 % …