mercredi , 21 octobre 2020
Accueil / Actualités / Le Roseau vibrera sous le rock pour une deuxième année

Le Roseau vibrera sous le rock pour une deuxième année

L’École du Rock est de retour pour une deuxième année consécutive à l’école primaire Le Roseau du secteur nord de Chicoutimi. L’artiste saguenéen Bruno Rodéo a été choisi à titre de parrain d’honneur de cette deuxième édition.

L’École du Rock se donnera en spectacle le 13 mai au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Photo Samuel Duchaine

Les élèves seront libérés deux heures par semaine pour vivre l’expérience. « C’est un gel d’horaire et tout le monde vit au rythme de l’École du Rock. Se libérer un deux heures par semaine, ça a un effet certain sur la disponibilité et le plaisir des jeunes à venir à l’école », a expliqué la directrice de l’école Le Roseau, Sandra Boulianne.

De leur côté, les jeunes sont très heureux de pouvoir vivre une expérience unique en son genre. « Ça m’aide beaucoup et c’est une expérience incroyable d’être devant une grande foule. L’année dernière, c’était épique », s’est exprimé le batteur du groupe, Alexandre.

Les activités de l’École du Rock culmineront le 13 mai alors que les élèves présenteront leur spectacle annuel au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Les billets sont d’ailleurs déjà en vente sur le site de Diffusion Saguenay.

Bruno Rodéo comme parrain

Après Maxime Desrosiers du groupe mordicus l’année dernière, le chanteur compositeur, interprète et homme-orchestre Bruno Rodéo, agira à titre de parrain d’honneur. « Une fois de plus, nous accueillons un artiste de renom qui, tout comme notre personnel, souhaite faire la différence auprès des jeunes. Patient, à l’écoute et impliqué dans sa communauté, Bruno était un choix judicieux », a avoué Mme Boulianne.

L’artiste saguenéen Bruno Rodéo est la parrain d’honneur de la deuxième édition. Photo : Samuel Duchaine

Le principal intéressé est emballé à l’idée de participer à un projet aussi mobilisateur. « Ce que j’ai vu de l’année dernière a vraiment suscité mon intérêt. J’ai approché Maxime Desrosiers pour aider au projet et partager mon expérience aux jeunes. Donner des cours de rock à des jeunes, c’est comme un rêve. »

Des ateliers à la tonne

L’École du Rock offre une panoplie d’ateliers pour les jeunes de la maternelle à la sixième année, ce qui permet à tous les élèves de faire partie du projet. En plus du programme de musique, huit autres équipes ont été formées afin de monter un spectacle de qualité.

« Le projet permet aux élèves, à tous les élèves, de toucher à un aspect entourant le développement des valeurs de l’établissement, soit l’ouverture, le respect et l’appartenance. Je peux vous dire qu’il y a un impact certain au niveau de la réussite des élèves », a souligné Mme Boulianne.

Des élèves accompagneront le groupe avec de la danse, du Gumboot et du théâtre. Les jeunes s’occuperont aussi de la technique, des costumes et du maquillage, de la publicité. Un atelier sera dédié à la couverture médiatique des activités de l’École du Rock.

Encore cette année, l’école a été en mesure d’impliquer les jeunes élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme qui fréquentent l’établissement. « On les inclut dans les différents ateliers en prenant le soin de respecter leurs capacités et les besoins de chacun », a expliqué Mme Boulianne, qui rappelle que de participer à ces activités permet aux jeunes de mieux s’intégrer à leur milieu.

À propos de Samuel Duchaine

Samuel Duchaine
Originaire de Saint-Hubert sur la Rive-Sud de Montréal, Samuel a effectué un retour sur les bancs d’école, à 25 ans, au Cégep de Jonquière pour réaliser son rêve de devenir journaliste. Après un passage en comptabilité et dans le domaine de la construction, il se sent outillé plus que jamais pour arriver à ses fins. Fonceur, il ne recule devant aucun défi et c’est une des raisons pour laquelle il a accepté un poste au journal Le Quotidien entre sa deuxième et troisième année de technique. Il aime dire que l’on apprend tous les jours et que chaque expérience peut nous servir un jour. Sa passion pour le sport est indéniable et ce, peu importe de quel sport il s’agit. Cependant, sa plus grande force reste sa polyvalence, ce qui lui permet de traiter n’importe quel sujet. Également passionné par la découverte du monde, il souhaite combiner ses deux plus grandes passions dans sa carrière médiatique. Ses deux objectifs, couvrir les Jeux olympiques et gravir l’Everest.

À voir aussi

Saguenay-Lac-Saint-Jean: à deux pas de la zone rouge

  Le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin, a indiqué que les 24 à …