Accueil / Actualités / Plus de chimie au coeur des débats citoyens

Plus de chimie au coeur des débats citoyens

«Une révolution» pour remettre les scientifiques et les sciences au cœur des débats citoyens est nécessaire selon le chimiste et professeur titulaire au département de chimie à l’Université Laval, Normand Voyer.

Le conférencier a d’ailleurs fait référence au projet de GNL Québec afin d’illustrer que les chimistes devraient occuper une place de choix dans la société. «Est-ce qu’il y a des scientifiques qui ont donné leur accord et dit ça c’est vraiment bon, ça va régler les problèmes de changements climatiques? Ou plutôt des scientifiques qui ont dit ça n’a pas rapport, ça ne fonctionnera jamais. […] Les analyses montrent que ça va juste faire des gaz à effet de serre d’amener du gaz de l’Alberta. Maintenant, ça devient un débat politique, mais les voix scientifiques doivent participer à la décision citoyenne.»

Normand Voyer était de passage au Cégep de Jonquière, mercredi, afin de livrer sa conférence Chimie et grands défis de société. Photo : Lilia Gaulin

Il estime qu’elles vont permettre d’apporter des solutions aux grands problèmes de société. « Je souhaitais mettre les pendules à l’heure. On ne parle jamais de la chimie et quand on en parle, c’est pour les mauvaises raisons. Il y a plein de bons côtés à la chimie en passant des téléphones cellulaires aux diagnostics médicaux.»

Normand Voyer estime que les sciences occupent une place de choix dans le quotidien des gens. «La chimie est une science centrale. Elle touche à tous les domaines. Par exemple, en environnement, il y a l’eau. Les chimistes ont un impact direct sur la qualité de l’eau que l’on boit. Si on pense à la santé, les chimistes ont un impact substantiel pour le développement de nouveaux médicaments.»

Selon lui, les élèves sont de moins en moins portés vers le domaine scientifique au fil des années. «L’intérêt pour la chimie en secondaire 1 est super élevé, mais au fur et à mesure que l’on progresse dans notre apprentissage scolaire ça devient moins cool les sciences. On ne voit pas les bienfaits. Quand on va acheter des médicaments, personne ne nous dit “ c’est un chimiste qui a fait ça.” On travaille en amont. On ne voit jamais le résultat», a-t-il mentionné.

Plus d’une soixantaine de personnes se sont réunies à la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière, mercredi, pour écouter attentivement les paroles du scientifique connu tant en Amérique qu’en Europe.

La passion de transmettre

Normand Voyer est un passionné de la vulgarisation scientifique. Il ne se lasse jamais de rendre des phénomènes, qui semblent complexes à première vue, accessibles à tous. «Quand j’étais au secondaire, je n’étais pas très discipliné. L’école a été vraiment bonne pour moi. Le système scolaire m’a accepté. Les sciences sont une passion pour moi. Il a rien de plus le fun pour les passionnés de répandre leur passion.»

À propos de Lilia Gaulin

Originaire de l’Estrie, Lilia est passionnée par le sport depuis son plus jeune âge. Joueuse de soccer et de hockey, elle a le rêve un peu fou de couvrir les Jeux olympiques. À son arrivée à Jonquière, elle confirme sa passion pour le monde envoûtant de l’actualité, ce qui vient brouiller les cartes de son avenir. L’ensemble des domaines l’intéresse, mais elle a un petit faible pour l’actualité sportive. Indécise entre la presse écrite, la télévision et la radio, Lilia souhaite toucher à tous les types de médias. L’été dernier, elle a eu le plaisir de travailler en tant que pigiste au journal La Tribune. Cette expérience plus qu’enrichissante est venue assurer son choix de carrière. Le journalisme est pour elle une façon de donner une voix aux gens.

À voir aussi

Joé Perron de Joé Homme-orchestre

Huit artistes passent de la scène au petit écran

Le réseau Objectif scène et MaTv Saguenay—Lac-Saint-Jean créent un nouveau partenariat, « Le 5 à 7 …