Accueil / Arts & culture / UQAC | Cultures autochtones à l’honneur
UQAC

Cultures autochtones à l’honneur

Eruoma Awashish, débutant l’œuvre sur laquelle elle travaillera pendant les deux jours de l’événement. Photo: Ophélie Babin

Les journées de valorisation des cultures autochtones se tiennent les 5 et 6 février à la bibliothèque Paul-Émile-Boulet de l’Université du Québec à Chicoutimi. La directrice de la bibliothèque, Nathalie Villeneuve, espère qu’elles marqueront «le début d’une initiative qui n’est pas seulement un événement de deux journées».

Ophélie Babin

Mme Villeneuve souligne qu’avec cette première édition, elle souhaite avoir des marqueurs à plus long terme.

Lors de ces deux journées consacrées aux cultures des Premières Nations, plusieurs activités diversifiées sont offertes. «Il va y avoir des performances artistiques, des contributions académiques, du cinéma et également la visite d’enfants qui viendront présenter des objets traditionnels, révèle Mme Villeneuve. On est allé chercher un vaste éventail de participants et d’activités pour montrer la richesse et la diversité des cultures autochtones.»

Demain auront entre autres lieu une table ronde animée par Manuel Kurtness et un atelier de sensibilisation sur les réalités autochtones donné par l’organisme Wapikoni mobile. Mme Villeneuve conclut en insistant que «c’est une particularité du tissu culturel de l’UQAC que la présence autochtone, ça fait partie de notre région et de la manière qu’on a grandi».

L’évènement a été organisé en collaboration entre le Centre des Premières Nations Nikanite, la bibliothèque Paul-Émile-Boulet et La Boîte Rouge VIF.

Une exposition regroupant plusieurs livres d’auteurs autochtones est située dans l’entrée de la bibliothèque, en face d’une exposition de documents d’archive des Premières Nations. Photo: Ophélie Babin

À propos de Ophélie Babin

Ophélie Babin
Curieuse de nature, Ophélie s'intéresse à tout. Petite fille de la Côte-Nord, ce n'est ni le froid, ni la peur de l'inconnu qui peuvent l'arrêter. Pour elle, aucun sujet est inintéressant, tout dépend de l'angle avec lequel on l'aborde et de la passion qu'on lui donne. Si elle rêvait d'être «partout dans vos télés» à l'âge de 16 ans, c'est plutôt le côté calme et organisé de la jeune femme qui prendra le dessus quatre ans plus tard.

À voir aussi

Concours de musique du Canada : quatre candidats de la région aux auditions

Quatre candidats de la région passeront des auditions pour participer aux finales canadiennes du Concours …