Accueil / Actualités / La mesure de clarté nucale de nouveau accessible

La mesure de clarté nucale de nouveau accessible

La mesure de la clarté nucale permet de connaître avec plus de précision le risque que court un enfant de naître avec la trisomie, et ce, dès la douzième semaine de grossesse. (Photo: Pierrick Pichette)

Des gynécologues de Saguenay se forment afin de pratiquer la mesure de la clarté nucale sur un fœtus. Présentement accessible uniquement dans les cliniques privées et à Québec, cette technique pourrait être offerte dans la région d’ici «un an ou deux», affirme la responsable des sages-femmes à la Maison de naissance du Fjord-au-Lac, Elizabeth Tailly.

«Pour l’instant, le but est de former les gynécologues afin de leur permettre de procéder à la mesure de la clarté nucale. Actuellement, ils sont deux gynécologues à l’hôpital de Chicoutimi qui pratiquent ces traitements. D’ici environ un an, l’objectif serait d’offrir à nouveau cette méthode plus facilement et globalement à l’ensemble de la clientèle. On éviterait ainsi d’envoyer les femmes vers le domaine privé ou à l’extérieur de la région», ajoute Mme Tailly.

Depuis plusieurs années, seuls les prélèvements sanguins étaient offerts aux femmes enceintes dans le domaine public à Saguenay. Pour en bénéficier dans le domaine privé, les femmes étaient forcées de débourser des sommes dépassant les 500 $. Rendre plus accessible ce traitement, qui sert désormais d’outil de précision du risque de trisomie chez les fœtus, en complément des prises de sang, pourrait donc mieux informer les futures mamans de l’état de leur enfant.

Un traitement complémentaire

Cette méthode consiste en une mesure de la longueur de la nuque d’un fœtus obtenue grâce à une échographie réalisée dès la douzième semaine de grossesse. Lorsque l’espace entre la peau du cou du bébé et sa colonne vertébrale est plus grand que la normale, le risque de trisomie est jugé plus élevé.

Lorsqu’un tel cas est constaté, les médecins peuvent parfois suggérer l’amniocentèse, un traitement relativement risqué qui consiste en une collecte de liquide amniotique dans la zone où se trouve le fœtus. Elle permet d’établir un diagnostic prénatal plus précis. Auparavant, cette technique était priorisée par les spécialistes pour dépister les trisomies 13, 18 ainsi que 21. Cependant, avec la montée constante de la technologie dans le domaine de la santé, certaines méthodes plus fiables lui ont été préférées.

«La clarté nucale a été un peu laissée à l’abandon au profit des dépistages sanguins effectués grâce à des marqueurs sériques (NDLR: présence de substances hormonales dans le sérum). Ce programme permet, avec deux prélèvements sanguins, d’identifier plusieurs marqueurs sériques pour établir un ratio de risque aux femmes. En pratiquant également la mesure de clarté nucale, un ratio encore plus précis peut être fourni», explique la responsable des sages-femmes.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay—Lac-Saint-Jean n’a pas souhaité commenter le dossier, plaidant qu’il est encore trop tôt pour en parler.

À propos de Pierrick Pichette

Pierrick Pichette
Malgré son format mini, Pierrick est un jeune homme au coeur grand comme l'univers. Depuis maintenant 19 ans, il possède en lui une passion grandissante pour la communication sous toutes ses formes. Originaire de Louiseville en Mauricie, il a toujours adoré s’impliquer dans sa communauté. C'est lorsqu'il n'était qu'un enfant que Pierrick a commencé à chérir le rêve de faire carrière en journalisme ou dans un tout autre domaine connexe. Afin de se donner les moyens de ses ambitions parfois démesurées, il étudie l'art de la communication à Jonquière depuis 2017. De plus, durant la dernière période estivale, il a eu la chance d'oeuvrer comme journaliste au quotidien trifluvien Le Nouvelliste. Il va sans dire que Pierrick est motivé comme jamais en vue de sa toute dernière année de scolarité en sol jonquiérois.

À voir aussi

TECFÉE : Le taux de réussite augmente à l’UQAC

Après avoir connu le plus haut taux d’échec au Québec en 2018 avec seulement 23,4 % …