Accueil / Actualités / Le Regroupement n’est pas au courant

Le Regroupement n’est pas au courant

La coordonnatrice du Regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nathalie Laberge, affirme n’avoir jamais eu connaissance d’un «marché noir» qui contournerait La Place 0-5 dans la région.

Nathalie Laberge souligne qu’elle n’a pas entendu parler du dossier, car c’est la responsabilité de La Place 0-5 de gérer les listes d’attentes et aux CPE d’aller sur La Place 0-5 pour attribuer les places disponibles.

«Il manque des places dans la région, on ne s’en cachera pas.  Je pense qu’il y a des parents fâchés qui pensent que certains ont des privilèges. Ce n’est pas supposé»,a mentionné Mme Laberge, démentant ainsi sur le reportage d’ICI Mauricie Centre-du-Québec qui supposait l’existence d’un marché noir pour l’obtention de places en garderie au Québec.

La coordonnatrice du Regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay Lac-Saint-Jean prévient qu’il faut faire attention lorsqu’on parle de privilégiés.

« Il existe différentes politiques internes. Souvent la fratrie va passer en premier tout comme les enfants des employés.». Mme Laberge espère que la région n’est pas touchée par ces techniques de contournement du système.

À propos de Jérome Gagnon

Jérome Gagnon
L'homme de 20 ans souvent remarqué pour ses yeux bleus est prêt à relever tous les défis. Passionné d'actualité et de sport, Jérôme est reconnu par sa GRANDE gueule et son franc-parler. Jérôme pratique les professions de journaliste et d'animateur à la radio pendant la saison estivale dans le havrede paix qu'est Charlevoix, charme-moi. Jérôme est un être drôlement imparfait; fidèle lunatique, fier désorganisé et fanatique de la procrastination. Condamné à ses défauts…. Jérôme compense toutefois avec sa générosité typiquement charlevoisienne. Malgré son champ d'études, ce drôle de personnage est bien indécis quant à son avenir.

À voir aussi

TECFÉE : Le taux de réussite augmente à l’UQAC

Après avoir connu le plus haut taux d’échec au Québec en 2018 avec seulement 23,4 % …