mercredi , 21 octobre 2020
Accueil / Actualités / La Route du lait | Démocratiser l’allaitement
La Route du lait

Démocratiser l’allaitement

Lentement, mais surement, de plus en plus de commerces, centres de services ou installations municipales adhèrent à l’initiative de la Route du lait du Saguenay–Lac-Saint-Jean. C’est une initiative qui vise à faciliter l’allaitement en tout temps et partout.

La Route du lait est un ensemble de partenaires qui accueille les parents et leur jeune progéniture dans un environnement favorable à l’allaitement. Le principe est simple : les participants offrent les commodités pour aider la mère, ou même le père, à allaiter leur bébé.

La responsable régionale de la Route du lait et agente de soutien en allaitement chez Nourri-Source Saguenay–Lac-Saint-Jean, Alexandra Maltais, croit que cette initiative incite les femmes moins à l’aise à allaiter, à le faire. «Allaiter son enfant, même dans un endroit public, est un droit protégé par la Charte des droits et libertés et nombreuses sont les femmes qui choisissent un autre moyen de nourrir leur petit en raison du malaise créé par l’allaitement en public.»

Le projet de la Route du lait au Saguenay–Lac-Saint-Jean a vu le jour il y a un peu plus de trois ans, à la demande de la Santé publique. C’est un an plus tard que la Route du lait a officiellement été fondée. On compte actuellement 266 commerces, centres de services ou installations municipales qui sont membres du mouvement, un nombre qui augmente peu à peu à chaque mois.

La Route du lait offre la possibilité aux participants d’installer un autocollant dans la porte d’entrée pour identifier leur participation. (Courtoisie CIUSSS)

Pour en faire partie, les candidats n’ont pas besoin d’aménager une salle d’allaitement dans leurs bureaux, mais seulement, offrir un endroit sécuritaire et accueillant. «Le but n’est pas de créer des salles d’allaitement, mais de faciliter la vie des jeunes familles et de sensibiliser les gens à l’allaitement. Ça peut être dans un bureau ou simplement une chaise dans une salle d’attente. On veut seulement que les parents soient à l’aise de nourrir leur enfant», explique Mme Maltais.

Les endroits sont faciles à trouver avec l’application Route du lait disponible sur le Play Store et l’App Store. Une carte interactive est aussi disponible sur les sites internet des différents organismes qui gèrent les initiatives semblables dans les différentes régions du Québec.

Au tour des municipalités

Mme Maltais affirme que déjà plusieurs municipalités ont adhéré au mouvement, notamment en offrant la possibilité d’allaiter dans l’hôtel de ville, mais aussi, dans certains parcs. «On a fourni un banc des familles à trois municipalités de Lac-Saint-Jean Est. C’est un banc en bois avec une table à langer et une petite poubelle en dessous. Les mamans peuvent allaiter ou changer les couches à même le parc.»

Ces bancs ont été installés à Hébertville, Saint-Nazaire et L’Ascension. Alma a également reçu son banc, mais l’installation n’a pas été faite. «C’est une partie intégrante de leur politique familiale. Ça permet de faire bouger les jeunes familles», souligne Mme Maltais.

BDV 13 : La Route du lait offre la possibilité aux participants d’installer un autocollant dans la porte d’entrée pour identifier leur participation. (Courtoisie CIUSSS)

À propos de Samuel Duchaine

Samuel Duchaine
Originaire de Saint-Hubert sur la Rive-Sud de Montréal, Samuel a effectué un retour sur les bancs d’école, à 25 ans, au Cégep de Jonquière pour réaliser son rêve de devenir journaliste. Après un passage en comptabilité et dans le domaine de la construction, il se sent outillé plus que jamais pour arriver à ses fins. Fonceur, il ne recule devant aucun défi et c’est une des raisons pour laquelle il a accepté un poste au journal Le Quotidien entre sa deuxième et troisième année de technique. Il aime dire que l’on apprend tous les jours et que chaque expérience peut nous servir un jour. Sa passion pour le sport est indéniable et ce, peu importe de quel sport il s’agit. Cependant, sa plus grande force reste sa polyvalence, ce qui lui permet de traiter n’importe quel sujet. Également passionné par la découverte du monde, il souhaite combiner ses deux plus grandes passions dans sa carrière médiatique. Ses deux objectifs, couvrir les Jeux olympiques et gravir l’Everest.

À voir aussi

Saguenay-Lac-Saint-Jean: à deux pas de la zone rouge

  Le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin, a indiqué que les 24 à …