dimanche , 5 décembre 2021

Manifestation pour la fin de l’état d’urgence: les citoyens veulent se faire entendre

En plus de la manifestation à Chicoutimi, plusieurs autres rassemblements ont eu lieu samedi un peu partout dans la province.

Une trentaine de citoyens se sont rassemblés samedi dernier à la Place du citoyen à Saguenay pour réclamer la fin de l’état d’urgence sanitaire. L’organisatrice, Cynthia Dubé, s’est montrée satisfaite du nombre de participants à la manifestation.

Selon l’organisatrice, les droits civils sont brimés par les restrictions gouvernementales. « On est ici, puis on dit c’est assez. Les manifestations auront lieu jusqu’à ce que le gouvernement mette fin à l’état d’urgence qui brime nos droits.»

Alors qu’un peu moins d’une dizaine de personnes avaient répondu à l’appel à la manifestation du 19 septembre dernier, l’organisatrice de l’événement, Cynthia Dubé, a avoué s’être mieux préparée pour celle de samedi. « Nous nous sommes organisés davantage cette semaine pour accueillir plus de personnes, aujourd’hui nous sommes un beau groupe qui veut se faire entendre. »

Droits et libertés brimés

La crise sanitaire actuelle soulève beaucoup de doutes chez certaines personnes quant à l’intégrité du gouvernement québécois. Une citoyenne de la région, Nicole Néron, a avoué avoir de la difficulté à croire ce qui est dit au sujet de la pandémie. « Le gouvernement nous montre très peu de preuves scientifiques, c’est difficile de leur faire confiance. »
Une autre citoyenne du Saguenay qui a préféré garder l’anonymat, a qualifié les mesures de beaucoup trop sévères. « C’est du lavage de cerveau, le gouvernement rend la COVID-19 beaucoup plus grave que ce que c’est réellement, c’est une grippe, on va tous l’avoir à un moment ou à un autre. »

La manifestation qui vise à mettre fin l’état d’urgence se voulait aussi une manière de rapprocher les gens. « C’est une belle activité physique, ça fait sortir les gens. On vient de passer un moment difficile avec le confinement, c’est une belle occasion pour se rassembler » de dire Cynthia Dubé.

À propos de Kenza Chafik

Kenza Chafik, originaire du Maroc, vit au Québec depuis toujours. Ayant voyagé avant même de commencer à marcher, elle a toujours su qu’être correspondante à l’étranger allait l’intéresser. Très curieuse, elle se doit toujours de trouver les réponses à ses questions. Elle dévore ses livres et écoute attentivement ses films en écartant jamais la possibilité d’être critique littéraire ou cinématographique. C’est dès son secondaire, en écrivant pour le journal de son école, qu’elle a réalisé que le cours de journalisme en Art et technologie des médias était fait pour elle. Elle ne s’est pas trompée, puisqu’elle ne cesse jamais de s’épanouir. Entre deux films et une série télé, Kenza se rend à ses cours pour qu’un jour elle puisse être aussi talentueuse que Céline Galipeau, son idole.

À voir aussi

BULLE

Prendre un accent : question de s’intégrer

Établie au Québec depuis 20 ans, le marseillais d’origine, Marc Guiol se surprend à prendre …