samedi , 28 novembre 2020
Accueil / Reportages / Créateurs de contenus sur TikTok : les influenceurs de demain

Créateurs de contenus sur TikTok : les influenceurs de demain

TikTok est un réseau social chinois où les utilisateurs partagent et consomment de courtes vidéos. (Photo : Drapers)

Gabriel Gagnon, un Saguenéen de 18 ans, étudie au Cégep de Jonquière, mais derrière cette image tout à fait banale s’en cache une toute autre. En effet, Gabriel est l’un des deux Tiktokers de la région à avoir plus de 100 000 abonnés.  

TikTok est, pour résumer, une application de partage de courtes vidéos. Des créateurs y publient leurs œuvres, qui se retrouvent ensuite dans une bande infinie que font dérouler les gens. Beaucoup de gens. Pour sa part, Gabriel rejoint une énorme communauté lorsqu’il dépose une vidéo sur l’application. Sa plus écoutée, par exemple, compte à ce jour 1,1 million de visionnements. « Je reçois beaucoup de gentils commentaires sur mes publications, soutient-il. Je fais de l’humour qui n’est jamais déplacée, c’est pourquoi je pense que les gens apprécient. »

Aujourd’hui, Gabriel est une sorte de célébrité. « Je me fais reconnaître quand je vais au centre commercial. C’est agréable, mais ça me pousse à faire attention à mon image », souligne-t-il. Son public, qui se situe généralement entre 12 et 18 ans, l’admire et le jeune homme s’en dit très touché.

Gabriel Gagnon filme la majorité de ses vidéos dans la cuisine de sa mère. Il n’a qu’à appuyer son cellulaire sur un bol pour créer une vidéo de qualité. (Photo : Anthony Ouellet)

 

Mais comment Gabriel en est-il arrivé là? « Ce que j’aimerais vraiment faire plus tard, c’est être comédien ou acteur », explique celui qui étudie en Art et technologie des médias. Selon lui, le fait de faire de courts sketchs sur l’application lui permet de se rapprocher de son rêve, voire de lui ouvrir des portes dans le futur. C’est pour cette raison qu’il s’est lancé dans la publication de vidéos sur l’application pendant la pandémie. Comme il rassemble des millions de personnes avec ses vidéos, la situation semble gagnante pour tout le monde.

 

Mais attention.

 

TikTok, même dans toute sa splendeur, possède ses défauts. « C’est sûr que ça affecte la productivité des utilisateurs, mais au-delà de ça, les créateurs s’identifient seulement à leurs vidéos TikTok. Si demain on enlève le compte d’un créateur populaire, serait-il encore quelqu’un? Je ne crois pas », explique Dylan Fortin, le fondateur de FortX Marketing, une firme de marketing en ligne.  Il dénonce aussi le fonctionnement addictif de l’application, qu’il compare à une machine à sous. « Quand tu utilises TikTok, explique M. Fortin, tu ne sais jamais sur quelle vidéo tu tombes, car c’est une récompense aléatoire, comme au casino. Quand tu tombes sur une vidéo qui te plaît, tu reçois de la dopamine et ça te pousse à rester. »

 

Il n’en demeure pas moins que cette stratégie est efficace. Selon le site Businessofapps, TikTok a reçu 1,5 milliard de téléchargements, dont 740 millions en 2019 seulement, la positionnant au septième rang des applications les plus téléchargées des années 2010.

L’application compte 800 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde. Elle est très populaire auprès des 16 à 24 ans. (Photo : Anthony Ouellet)

Gabriel Gagnon, quant à lui, voit ce concept d’une manière plus positive que Dylan Fortin. « C’est intéressant, quand tu ouvres l’application, tu ne sais jamais ce que tu vas découvrir », dit-il, tout sourire. Il est vrai, en règle générale, que TikTok offre des surprises. Le concept de base, par contre, est souvent le même. De courtes vidéos, d’une qualité épatante considérant qu’elles sont réalisées avec les moyens du bord. Il suffit de voir comment Gabriel filme ses sketchs pour comprendre. Pas de fond vert, de trépied ou d’éclairage : un bol, sur lequel il dépose son cellulaire, et le tour est joué! Là est toute la force de l’application : elle offre l’occasion de faire un produit de qualité sans aucune difficulté. Le succès auprès des créateurs et des adeptes du réseau social est ainsi plus simple à comprendre. Quelqu’un qui se perd dans TikTok a droit à du divertissement facile, mais efficace.

 

Pour cette raison, Gabriel qualifie l’application d’un espace créatif, où tout le monde peut s’exprimer dans le but de divertir. Selon lui, « les jeunes et les moins jeunes adorent ce concept ». C’est l’une des raisons qui poussent Gabriel à croire que l’application est là pour rester – et il ne s’en plaint pas. Même le fait qu’il ne soit pas rémunéré, à cause de la complexité du processus de vérification de l’application, ne le poussera pas à s’arrêter.  « Peut-être que je délaisserai TikTok éventuellement à cause d’un travail ou de mes études, mais pour le moment je ne veux que continuer », admet la jeune vedette, un sourire aux lèvres et mille idées en tête.

À propos de Anthony Ouellet

Anthony Ouellet
Tout droit sorti du froid nordique de Chibougamau, Anthony Ouellet a rapidement trouvé sa place au Cégep de Jonquière. Rigolo à temps perdu, le jeune homme combine son amour pour l’écriture et sa passion pour l’actualité en tout genre pour livrer des textes de qualité aux lecteurs qu’il chérit tant. Bien qu’il se passionne pour la majorité des sujets, son emploi de rêve est de remplacer le bon vieux Jean-René Dufort à la barre d’Infoman. Sinon, journaliste parlementaire, sportif ou d’enquête feraient amplement l’affaire du jeune homme. En additionnant son humour sarcastique à son éthique de travail hors du commun, Anthony ravivera la joie de vivre dans tous les studios, salles de nouvelles et salles de rédaction qu’il visitera. Au volant de sa rutilante Honda Accord 2005, aucune couverture ne lui échappe. Planteur d’arbres dans ses temps libres, il a su perfectionner son art journalistique au journal la Sentinelle l’été dernier, le rendant ainsi un véritable artisan de l’information.

À voir aussi

Hypersexualisation de la femme : quand les garçons s’en mêlent

Selon une étude de la Commission des droits de la personne et des droits de …