mercredi , 21 octobre 2020
Accueil / Arts & culture / Développer le langage par la danse

Développer le langage par la danse

La propriétaire du Studio Stylistik Marie-Eve Gauthier est heureuse d’offrir ces nouveaux ateliers de danse. Photo : Sara Brosseau

Le Studio Stylistik de Jonquière s’associe avec le Centre Stimulimots afin de donner des ateliers de stimulation du langage par la danse pour les enfants. 

C’est lors d’une discussion que les deux propriétaires Marie-Eve Gauthier (Studio Stylistik) et Catherine Berrigan (Centre Stimulimots) ont décidé de s’unir afin de contribuer au développement du langage des enfants.   

Selon Marie-Eve Gauthier, c’est par l’entremise de situations réelles et quotidiennes qu‘on peut travailler le langage. Donc, dans un cours de danse, il est plus facile pour un enfant de s’améliorer en utilisant des concepts spatio-temporelsFaire les différents mouvements comme lever les bras, reculer ou aller lentementrend le tout plus concret et le jeune a plus de facilité à se souvenir des mots. Aussi, il peut apprendre les émotions en les exprimant par son corps.  

Mme Gauthier ajoute que c’est important d’apprendre par des jeux ludiques. « Les enfants ne se rendent pas compte qu’on travaille et qu’on les amène à développer des acquisPar exemple, en se déplaçant comme un éléphanton étudie les concepts de lourdeur, de gros et d’immense, qui sont tous des synonymes. » 

Les ateliers s’adressent à tous les enfantsMême s’ils ont de bonnes capacités langagières, les ateliers peuvent renforcir leur langage. Les parents sont réceptifs à cette nouvelle approche. « Ils se soucient du bon développement de leurs enfants et ils ne se sentent pas toujours outillés, alors ils cherchent des solutions pour les aider »souligne Mme Gauthier.  

Les cours commenceront bientôt et ils seront donnés par une enseignante en adaptation scolaire et en danse, Anne-Julie BosséCette dernière possède donc des notions quant à la dimension du langage chez les enfantsDe plus, elle a déjà offert ce type d’atelier. Mme Bossé a hâte de commencer, car elle sait qu’elle va aider plusieurs. La professeure de danse espère qu‘ils utiliseront, dans leur vie quotidienne, les stratégies qu’elle va leur enseigner.  

À propos de Sara Brosseau

Sara Brosseau
Originaire de Montréal-Nord, Sara Brosseau est très discrète et travaillante. Elle est âgée de 25 ans (c’est en commençant sa technique qu’elle s’est rendu compte qu’apparemment elle est vieille!). Après le secondaire, elle s’est dirigée vers les sciences humaines, pour ensuite aller à l’Université de Montréal en psychologie. Une remise en question l’a poussée à quitter son bac après un an et demi. Deux ans après avoir arrêté ses études, elle écoute l’émission Première fois de Véronique Cloutier et trouve que le métier de recherchiste semble intéressant. Elle décide de retourner sur les bancs d’école. Sara fait ses recherches, découvre ATM et décide de se lancer dans cette nouvelle aventure. Il s’agit d’un défi assez grand pour elle, qui est plutôt timide, mais elle veut mettre à profit ses expériences pour faire évoluer cette facette de sa personnalité. Son grand sourire et sa facilité à rire sont contagieux pour ceux qui l’entourent.

À voir aussi

Deuxième vague : les salles de spectacles accusent le coup

Le spectre  d’un second confinement engendre bon nombre d’impacts négatifs sur l’industrie artistique de la …