mercredi , 21 octobre 2020
Accueil / Actualités / D’où ça vient ça, l’expression là là ?

D’où ça vient ça, l’expression là là ?

Le linguiste Gaston Bergeron et son dernier ouvrage, Discours simple!, paru en 2017. Photo: Béatrice Rooney

Les Bleuets du Saguenay–Lac-Saint-Jean se font reconnaître presque immédiatement lorsqu’ils sortent de leur région, grâce à leur accent unique et leurs expressions peu communes, comme là là. Pourquoi disent-ils ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Avec l’aide du linguiste originaire de Saint-Ambroise et auteur de nombreux ouvrages, Gaston Bergeron, La Pige s’est penchée sur ces expressions.

Tout le monde a déjà entendu parler du fameux « là là », l’emblème linguistique de la région, rendu notamment populaire par l’ancien maire de Saguenay, Jean Tremblay. Selon M. Bergeron, c’est une habitude langagière bien propre au Saguenay–Lac-Saint-Jean. « Si tous les Québécois ajoutent des “là” quand ils parlent, ici, on le répète. On se sert souvent de la répétition pour renforcer son propos plutôt qu’utiliser des adverbes. On cherche à mettre de l’importance sur quelque chose d’étonnant ou bien de pressant. » Toutefois, avec le « là là », c’est une habitude de langage qui est restée, sans toujours montrer un fait significatif. De plus, l’expression est souvent utilisée pour remplacer des virgules ou bien des points de suspension. C’est un phénomène linguistique appelé ponctuation parlée.

Coteur

Lors de la création des usines au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce sont des anglophones qui sont venus occuper les postes de hauts dirigeants. Ils ont offert aux gens d’ici des formations en anglais. Alors, la langue de Shakespeare est rapidement devenue la langue utilisée dans le monde technique. Beaucoup de travailleurs l’utilisaient. Le mot « coteur » est dérivé de « cutter », qui signifie quelque chose qui coupe ; la coupure entre le trottoir et l’asphalte.

Simple

Dans la région, les gens empruntent une forme du mot simple qui veut dire tellement facile, que c’en est presque niaiseux. De là, ils ont fait le lien avec une personne « pas très excitante au plan intellectuel », précise M. Bergeron. Quand une personne dit : « tu es bien simple toi », c’est pour dire qu’elle est niaiseuse. C’est utilisé de façon péjorative.

Gigon 

Un gigon est quelqu’un qui ne travaille pas et qui ne fait rien de bon, comme un bougon. Il n’a pas de classe et pense seulement à boire et à danser. C’est de là que le linguiste Thomas Lavoie croit que le mot provient. La gigue est une danse traditionnelle québécoise. Toutefois, ce ne sont que des spéculations, car le mot n’a pas de famille (ex. gigoneux) et est donc plus difficile à retracer. De nos jours, gigon est aussi utilisé pour désigner quelqu’un d’idiot.

À propos de Béatrice Rooney

Béatrice Rooney
Petite et touchante, Béatrice est une jeune femme dynamique originaire de la plus belle région du Québec : la Gaspésie, ce qui lui donne un bel accent charmeur. Inscrite à la dernière minute en ATM, son but de devenir kinésiologue a rapidement changé pour celui de devenir journaliste sportive. Aujourd’hui, elle est intéressée par toutes les sphères du monde du journalisme. Elle adore rencontrer de nouvelles personnes, les faits insolites ainsi que les reportages un peu plus émotifs. Vaillante et déterminée, elle ne recule devant rien. Béatrice aimerait un jour pouvoir pratiquer son métier dans les régions de l’est de la province.

À voir aussi

Saguenay-Lac-Saint-Jean: à deux pas de la zone rouge

  Le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin, a indiqué que les 24 à …