mercredi , 21 octobre 2020
Accueil / Actualités / Saguenéens de Chicoutimi : une aide en français qui porte fruit

Saguenéens de Chicoutimi : une aide en français qui porte fruit

Les joueurs Harrison Caines, Dawson Mercer et Sergei Litvinov posent en compagnie de leur enseignante Michèle Harvey.
Photo: courtoisie

Depuis trois ans déjà, un cours d’aide en français a été mis en place pour l’équipe de hockey des Saguenéens de Chicoutimi.  Visant à aider les joueurs dont la langue maternelle n’est pas celle de Molière, la formation connait un franc succès jusqu’à présent.

Alors que plusieurs des joueurs proviennent de milieux anglophones ou bien sont de nationalité européenne, une barrière de la langue s’installe dès leur arrivée à Chicoutimi. Pour certains, le français devient même leur troisième langue après le russe et l’anglais.

Au Saguenay, comme 98% de la population est francophone, les cours sont jugés pertinents en plus d’être un atout pour les joueurs, selon la conseillère pédagogique des Saguenéens, Johanne Leblanc. Autant pour les promotions des Sags, que lorsque les jeunes offrent des petits déjeuners dans les écoles, Mme Leblanc mentionne que d’avoir une base en français est très utile pour s’adapter ici.

Cette année, trois joueurs prennent part au cours qui se tient le mardi après-midi, pour une durée de deux heures. Une fois par semaine, Dawson Mercer, Sergei Litvinov et Harrison Canes, se rendent ainsi à l’aréna de Chicoutimi pour suivre leur formation. Dans l’optique d’aider ses étudiants à se servir du français pour leurs besoins essentiels, Michèle Harvey axe surtout ses cours sur la conversation. À travers l’humour et des jeux comme le « bonhomme pendu », pour la prononciation des lettres, et les jeux de mémoire, Mme Harvey arrive à faire progresser ses étudiants rapidement.

Ce que remarquent la conseillère pédagogique et la professeure du cours, c’est que les joueurs qui y participent montrent un grand intérêt pour l’apprentissage. Elle donne l’exemple de Dawson Mercer, qui ne voulait pas y prendre part par le passé, et rapporte qu’il adore son cours présentement. « À Chicoutimi, si tu ne t’implique pas pour apprendre la langue, tu es malheureux longtemps! », affirme Michèle Harvey. « Que ce soit pour la cruise ou pour commander au restaurant, les gars sont conscients de cela aussi », souligne la professeure.

Jusqu’à présent, Michèle Harvey se dit très satisfaite du progrès de ses étudiants. « Ils m’ont surpris cette semaine! », déclare-t-elle, alors que l’un des joueurs lui a formulé une phrase complexe dans la langue qu’il commence tout juste à apprendre. Elle raconte que le grand intérêt de ses étudiants pour apprendre le français la rend heureuse d’investir de son temps pour eux.

Alors que les cours ont commencé depuis peu, la classe attend au moins un autre joueur, Artémi Kniazev, qui la rejoindra dès son arrivée au Saguenay. Un autre étudiant très enthousiaste à l’apprentissage du français par Mme Harvey.

À propos de Amélie Simard-Blouin

Amélie Simard-Blouin
Amélie est une étudiante de troisième année option journalisme qui est pleine d’ambitions. Originaire de la ville de Québec, elle espère retourner travailler dans sa ville natale pour le milieu de la télévision. Amélie a toujours été passionnée par les arts, ce pourquoi elle aimerait se diriger vers le culturel pour son futur travail. Malgré ses champs d’intérêts très centrés sur les arts, l’étudiante de 19 ans est polyvalente et aime les défis. Elle aime bouger, travailler sous pression et rencontrer de nouvelles personnes! C’est alors avec joie qu’elle se lancera dans n’importe quel projet ou opportunité qui se présente à elle afin de laisser sa trace dans le monde médiatique.

À voir aussi

Saguenay-Lac-Saint-Jean: à deux pas de la zone rouge

  Le directeur régional de la santé publique, Dr Donald Aubin, a indiqué que les 24 à …