dimanche , 18 avril 2021

Marie-Claude Boisvert raconte son parcours

La recette gagnante pour réussir, selon Marie-Claude Boisvert, est d’être proche de qui on est. Photo: Sara Brosseau

La plus grande réussite de la Première vice-présidente (PVP), Services aux entreprises chez Desjardins, Marie-Claude Boisvert est d’avoir réussi à demeurer authentique tout au long de sa carrière. 

Elle était invitée à parler de son parcours professionnel, jeudi midi, dans le cadre des RDV jeunes entrepreneurs organisés par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le-Fjord. Mme Boisvert, l’une des 100 femmes les plus influentes au Canada, est membre de l’Ordre des comptables professionnels agréés. Elle œuvre depuis presque 30 ans dans le financement d’entreprises et sa contribution au développement économique des communautés est grande. 

Garder son authenticité 

« C’est en restant moi-même qu’aujourd’hui je peux avoir un impact et j’en suis contente », a-t-elle partagé. Elle a raconté qu’elle ne s’est pas laissé marcher sur les pieds lorsqu’elle a débuté dans son domaine. Commentaires négatifs, regards de jugements, elle en a eus. Tout ça ne l’a pas empêchée d’atteindre ses buts. Elle a même confié qu’une personne qui ne croyait pas en ses compétences a fini par reconnaitre son potentiel et vanter ses mérites.  

De bons conseils 

C’est avec beaucoup de passion que la PVP s’est exprimée virtuellement lors de son activité Marie-Claude Boisvert : Parcours inspirant d’une passionnée. Elle a souligné l’importance d’intégrer les jeunes dans les entreprises, car ils font toute la différence selon elle. « Les plus vieux doivent laisser leur place et écouter les jeunes, ils apportent un équilibre », a-t-elle mentionnéElle a adressé un message aux débutantségalement. « Changez régulièrement de poste, car ça permet d’aller chercher un bagage de connaissances et ça aide à trouver ce qu’on recherche ». 

En tant que femme, elle conseillé à la gent féminine de raconter leur histoireafin de développer la confiance dont elles ont besoin pour oser essayer des opportunités. Elle a rappelé également que « ça prend des hommes pour faire monter les femmes dans les entreprises ». 

Tout n’est pas rose 

Pour arriver au succès qu’elle connaît présentement, Mme Boisvert a dû faire des choix difficiles« Avec la pandémie, c’est la première fois depuis longtemps que je dors chez moi, que je ne suis pas dans un avion, mais je ne regrette rien, j’ai tout aimé », a affirmé la PVP. Elle a expliqué qu’elle ne l’a jamais vue comme un sacrifice, puisqu’elle aime ce qu’elle fait. « Si tu es obligée de trop sacrifier, tu vas perdre ta passion, si tu perds ta passion, tu vas perdre ta créativité ». 

À propos de Sara Brosseau

Sara Brosseau
Originaire de Montréal-Nord, Sara Brosseau est très discrète et travaillante. Elle est âgée de 25 ans (c’est en commençant sa technique qu’elle s’est rendu compte qu’apparemment elle est vieille!). Après le secondaire, elle s’est dirigée vers les sciences humaines, pour ensuite aller à l’Université de Montréal en psychologie. Une remise en question l’a poussée à quitter son bac après un an et demi. Deux ans après avoir arrêté ses études, elle écoute l’émission Première fois de Véronique Cloutier et trouve que le métier de recherchiste semble intéressant. Elle décide de retourner sur les bancs d’école. Sara fait ses recherches, découvre ATM et décide de se lancer dans cette nouvelle aventure. Il s’agit d’un défi assez grand pour elle, qui est plutôt timide, mais elle veut mettre à profit ses expériences pour faire évoluer cette facette de sa personnalité. Son grand sourire et sa facilité à rire sont contagieux pour ceux qui l’entourent.

À voir aussi

Réunion

Tout simplement merci!

C’est avec le cœur gros, mais rempli de fierté et de sérénité que nous vous présentons aujourd’hui …