vendredi , 27 novembre 2020
Accueil / Actualités / Communauté LGBTQ2S+ : une vigile pour les disparus

Communauté LGBTQ2S+ : une vigile pour les disparus

Dans le cadre du Jour du Souvenir trans, Diversité02 a organisé, vendredi midi, une vigile pour se remémorer toutes les femmes, filles, personnes trans et bi spirituelles qui sont disparues, ou qui ont été assassinées. Des témoignages et des performances ont marqué la rencontre qui se déroulait à la Place du citoyen. 

 «On souhaite conscientiser les gens à cette réalité»a exprimé le directeur général de l’organisme Diversité 02, Daniel Gosselin. Ce dernier travaille à sensibiliser, informer et éduquer les gens à propos de la grande communautéLGBTQ2S+.  

 M.Gosselin est l’initiateur de la vigile et a aussi collaboré avec le Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire, le MÉPAC, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, ainsi qu’avec la Fédération des femmes du Québec. 

 Lorsque 12 h15 a sonné, Nore Duchesne, une éducatrice du MÉPAC, qui travaille aussi avec Diversité02, a pris la parole. Elle était notamment responsable de trouver les gens qui se sont livrés devant la place publique. L’éducatrice a d’ailleurs pris le temps de remercier les organismes présents qui à chaque jour, font leur bout de chemin pour essayer d’inclure les minorités trans, non-binaires et bispirituelles. «J’espère pouvoir voir davantage l’inclusion de ces personnes dans les différents organismes, peu importe leur classe, leur âge ou leur genre», a-t-elle fait valoir.  

Photo: Daniel Gosselin
Nore Duchesne lors de la vigile (droite)

 On pouvait bien sentir que tout au long de la vigile, ce n’était pas uniquement la commémoration des victimes qui était au cœur des activités, mais aussi la sensibilisation quant à l’inclusion de la communautéLGBTQ2S+. Selon les organisateurs, c’est justement par cette inclusion que vont arrêter les violences. 

 Ces violences, elles sont bel et bien présentes dans la région, comme exprimé par les personnes qui ont pris la parole. Il y a d’ailleurs eu le témoignage émotif de la jeune Amy Fournier de Dolbeau-Mistassini qui l’a confirmé. La jeune femme trans de 16 ans avoue vivre de la transphobie chaque jour à son école secondaire. Récemment, elle s’est fait expulser de celle-ci pour être entrée dans le vestiaire des filles. 

 Les gens sur place ont pu écouter et regarder des performances de Gabrielle Boulianne-Tremblay, Khamissoko Ma Koita et Evans, un jeune homme trans de Mashteuiatsh.  

La vigile a aussi eu lieu à l’occasion de la semaine de visibilité et sensibilisation aux réalités trans 2020 et des dans le cadre des 12 jours d’action contre la violence faite aux femmes 

Photo : Béatrice Rooney
Environ une trentaine de personnes étaient présentes à la Place du citoyen de Chicoutimi.

 

À propos de Béatrice Rooney

Béatrice Rooney
Petite et touchante, Béatrice est une jeune femme dynamique originaire de la plus belle région du Québec : la Gaspésie, ce qui lui donne un bel accent charmeur. Inscrite à la dernière minute en ATM, son but de devenir kinésiologue a rapidement changé pour celui de devenir journaliste sportive. Aujourd’hui, elle est intéressée par toutes les sphères du monde du journalisme. Elle adore rencontrer de nouvelles personnes, les faits insolites ainsi que les reportages un peu plus émotifs. Vaillante et déterminée, elle ne recule devant rien. Béatrice aimerait un jour pouvoir pratiquer son métier dans les régions de l’est de la province.

À voir aussi

Un coup d’éclat et un cri du cœur de la part des enseignants

En négociations d’une nouvelle convention collective depuis onze mois, les membres du Syndicat de l’enseignement De La …