Vaincre le gaspillage alimentaire une étape à la fois

Rachel Lachapelle a également partagé qu’aller à l’épicerie le ventre plein évite les excès, puisqu’il est prouvé scientifiquement que les humains sont plus impulsifs lorsqu’ils ont faim. Photo : Capture d’écran de la conférence

Faire l’inventaire des aliments, planifier les repas et écrire la liste d’épicerie sont les conseils prodigués par la formatrice chez Eurêko Rachel Lachapelle afin de contrer le gaspillage alimentaire. Un webinaire sur le sujet a eu lieu mardi soir grâce à une collaboration entre l’organisme et la Ville de Saguenay. 

Au Canada, c’est 58% de la nourriture qui est perdue ou jetée chaque année. Par ménage, ce gaspillage s’élève à des pertes d’environ 1100$. « Pour ma part, ça équivaut à plusieurs mois d’épicerie », a confié la formatrice. 

Afin de contribuer à la diminution de ces nombres, Mme Lachapelle propose de valoriser les aliments de son inventaire. « On ouvre le frigo, le congélo et le garde-manger et on regarde ce qu’on a », explique-t-elle. Par la suite, il faut classer les denrées par priorité, c’est-à-dire celles qui seront bientôt expirées. « Certains aliments peuvent être nocifs pour la santé s’ils sont consommés après leur date de péremption, alors que d’autres peuvent pourrir mais ne pas être trop dangereux pour nous », rappelle la formatrice chez Eurêko. 

La polyvalence 

Rachel Lachapelle trouve important de donner une deuxième vie aux résidus alimentaires afin de les utiliser au maximum de leur capacité. « J’avais fait des cornichons à l’aneth maison et j’ai terminé mon potJe me suis donc fait des œufs à la coq que j’ai mis dans le reste du jus de pickles », raconte-t-elle en montrant ses œufs dans le récipient. 

Lorsque vient le temps de faire les empletteselle propose de choisir des aliments polyvalents qui vont pouvoir être utilisés dans plus d’une recette. « Par exemple, je sais que les carottes sont faciles à insérer dans les plats et que je sais les cuisiner, je vais donc les acheter parce que je sais que je vais les utiliser », rapporte Mme Lachapelle. 

En ce qui concerne la conservation des denrées, la congélation reste une option de choix lorsqu’il est possible de le faire. « C’est important de bien identifier les plats qu’on met au congélo parce que sinon, on doit le décongeler pour savoir de quoi il s’agit. Est-ce une soupe ? Du bouillon ? On ne sait pas », dit la formatrice avec le sourire en coin.

À propos de Rosie St-André

Rosie St-André
Autant elle est énergique et expressive, autant Rosie St-André est une jeune femme organisée pour qui le souci d’un travail bien fait est important. Originaire de Joliette dans Lanaudière, les communications la passionnent depuis son jeune âge. En effet, les caméras et les micros ne lui font pas peur : elle possède une chaîne Youtube depuis l’âge de 13 ans. Au secondaire, elle a également eu la chance de co-animer une émission de radio à la station de sa ville, le M103,5. Avec plus d’une corde à son arc, Rosie veut continuer de découvrir toutes les facettes du monde des médias. Les sujets d’actualité la font vibrer et lui donnent envie d’en apprendre toujours plus sur le monde dans lequel on vit. Que ce soit la politique, la culture, l’environnement ou les faits divers, elle est toujours allumée par ce qui lui est proposé. Son but en tant que journaliste ? Informer la société sur les différents enjeux qui l’entourent tout en donnant une voix aux citoyens.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …