mercredi , 27 janvier 2021

Les étudiants internationaux se préparent à l’hiver

À Saguenay, il fait en moyenne -16°C en hiver et la moyenne de quantité de neige est de 350cm annuellement. Photo : Sara Brosseau

Hiver ne rime pas avec festival de beauté à Saguenaya rappelé le fondateur du Club plein air de l’Université de Québec à Chicoutimi, David Dupéré, aux nouveaux étudiants internationaux qui vont affronter cette saison pour la première fois. 

Vendredi matin, lors d’un webinaire, soit un séminaire virtuel, intitulé Mon premier hiver québécois, M. Dupéré a fait une présentation afin de familiariser les étudiants aux conditions hivernales.  

David Dupéré a expliqué l’importance de s’habiller chaudement et adéquatement pour éviter des problèmes de santé, comme l’hypothermie et les engelures. « Ce n’est pas l’esthétisme qui compte, l’important c’est d’être au chaud », a exprimé le fondateur.  

Il faut privilégier le système multicouche, soit avoir une couche de base qui est très mince et près de la peauEnsuite, avoir une couche isolante qui emprisonne l’air près du corps. Pour finir, avoir une protection contre le vent et les précipitations. La laine, le duvet et les isolants synthétiques sont les meilleurs choix. Puis, il faut éviter la soie, le coton et le cuir, car ils n’évacuent pas l’humidité. La tuque, les gants et les bottes sont essentiels également pour se garder bien au chaud. 

L’importance de bien manger 

Lorsqu’on fait une activité à l’extérieur, il est important de manger, car ça active le système digestif et génère beaucoup de chaleur. « Le truc en hiver est de grignoter tout le temps », a prévenu David Dupéré. Aussi, il est primordial de boire de l’eau, puisque ça aide à faire circuler le sang, donc à bien réchauffer les mains et les pieds.  

La voiture

Duperré a aussi fait mention de l’importance de l’entretien des voitures pendant l’hiverRouler en pneus d’hiver, mettre de la solution antigel et posséder des câbles de démarrage ont été certains de ses conseils. Il a rappelé d’adapter sa conduite, car les accidents sont plus propices. D’ailleurs, il a averti les piétonniers de faire très attention, car pour eux aussi ça peut être glissant. 

Quoi faire? 

Plusieurs activités ont été énumérés afin de rendre l’expérience plus agréable aux étudiants internationaux, telles que le patinagela raquette, le ski et la pêche sur glace. Ces loisirs vont leur permettre de découvrir les beaux paysages enneigés du Saguenay. Il y a aussi des évènements comme le Festi-Frette, Saguenay en neige et l’UQAC SnowJam. 

À propos de Sara Brosseau

Sara Brosseau
Originaire de Montréal-Nord, Sara Brosseau est très discrète et travaillante. Elle est âgée de 25 ans (c’est en commençant sa technique qu’elle s’est rendu compte qu’apparemment elle est vieille!). Après le secondaire, elle s’est dirigée vers les sciences humaines, pour ensuite aller à l’Université de Montréal en psychologie. Une remise en question l’a poussée à quitter son bac après un an et demi. Deux ans après avoir arrêté ses études, elle écoute l’émission Première fois de Véronique Cloutier et trouve que le métier de recherchiste semble intéressant. Elle décide de retourner sur les bancs d’école. Sara fait ses recherches, découvre ATM et décide de se lancer dans cette nouvelle aventure. Il s’agit d’un défi assez grand pour elle, qui est plutôt timide, mais elle veut mettre à profit ses expériences pour faire évoluer cette facette de sa personnalité. Son grand sourire et sa facilité à rire sont contagieux pour ceux qui l’entourent.

À voir aussi

L’ÉNAM offrira un nouveau programme

L’École nationale d’apprentissage par la marionnette (ÉNAM) offrira en mars un nouveau programme d’accompagnement pour …