dimanche , 18 avril 2021

Produits métiers d’art : quand la passion fait mousser les ardeurs

Conçus avec amour directement des mains de l’artisan, les produits métiers d’art se démarquent par leur conception unique et personnalisée. Potiers, souffleurs de verre, sculpteurs et joailliers, tous perpétuent ce riche savoir-faire, préservant ainsi le patrimoine vivant des métiers d’art. La créativité et l’instinct sont au cœur même de la fabrication de chacun de ces produits régionaux que ces artistes chérissent comme la prunelle de leurs yeux. 

Sonia Gagnon et son époux Yvon Fortin sont savonniers depuis bientôt 20 ans. D’hier à aujourd’hui, bien des produits se sont ajoutés aux étagères de bois de leur chaleureuse boutique, la Savonnerie Chèvre-Feuille à La Baie, qui regorge de savons colorés. Un mélange d’odeurs florale et fruitée s’empare de chaque client qui y met les pieds.

Le duo de savonniers a fait beaucoup d’essais et erreurs avant de parvenir à une recette qui correspond à leurs critères de qualité. (Photo : Alice Proulx)

Fabriquant près de 1 200 savons au lait de chèvre par semaine, le duo passionné ne compte pas les heures travaillées. « Voir nos clients les yeux brillants qui s’intéressent à nos produits et recevoir leurs avis, ça fait notre journée et c’est une belle fierté », confie Sonia Gagnon, un sourire dans la voix. Elle a élaboré sa propre recette en y ajoutant des ingrédients de la nature et sa petite touche personnelle afin de rendre le tout plus esthétique.

Le savon, un produit métier d’art?

Pour être considéré comme un produit métier d’art, la matière employée, telle que le bois, le verre ou même l’argile, doit subir une transformation et être signée par l’artisan. Il y a de cela trois ans, la Société de développement des entreprises culturelles et le Conseil des métiers d’art du Québec ont convenu que le produit ne doit également pas être consommable ou destructible. Le savon, le pain et le miel, ne sont donc plus reconnus comme étant des produits métiers d’art, bien que les artisans eux-mêmes se considèrent comme des artistes à leur manière.

Après leur fabrication, les barres de savon doivent sécher à l’air libre durant un mois avant d’être mis en vente. (Photo : Alice Proulx)

La Corporation des métiers d’art du Saguenay-Lac-Saint-Jean a décidé de conserver ses membres savonniers, malgré tout. « Ils étaient parmi nos membres avant que ce critère soit ajouté, c’est pourquoi nous les avons gardés. Ce sont les gardiens de ces compétences qu’il faut préserver », soutient la coordonnatrice de la corporation, Caroline Thériault.

L’industrie de l’artisanat d’art de la région regroupe plus de 90 micro-entreprises, toutes aussi variées les unes des autres.

_________________________

« C’est important de conserver des gens dans notre société qui sont capables de transformer la matière et de transmettre leurs connaissances parce qu’un métier, c’est l’apprentissage de toute une vie. Un artisan qui a 25 ans de métier, c’est une mine d’or incroyable », soulève Caroline Thériault.

_________________________

Pour l’amour du métier

 De la fabrication à la vente du produit, l’artisan entretient un lien privilégié avec ses créations et sa clientèle. « Nos produits, c’est nos bébés. On les vend, on rencontre les clients et on répond à leurs questions nous-mêmes. Il y a une interaction et une proximité avec les clients, un service personnalisé », affirme la savonnière Sonia Gagnon.

De son côté, la propriétaire du commerce de tricot, de tissages et d’articles de broderies l’Artisane de Jonquière, croit qu’il faut travailler avec le cœur. « Tout ce que je crée est toujours fait avec amour et fabriqué spécifiquement pour la personne », partage Gabrielle Boivin. Dans sa boutique, une variété de balles de laine de fibres différentes sont offertes.

Gabrielle Boivin a repris le commerce l’Artisane situé à Jonquière il y a un an et demi. Elle vit aujourd’hui de sa passion. (Photo : Alice Proulx)

Des produits de qualité

Les poteries de la potière Céline Giroux de La Pipe d’Argile au Lac-Saint-Jean ont une grande valeur à ses yeux.  « Je trouve que ce sont des produits de qualité qui ont une âme. Ce n’est pas impersonnel », ajoute-t-elle.

« Souvent, les gens vont dire que c’est cher des produits métiers d’art, mais il ne faut pas comparer des pommes avec des oranges. Quand on prend le temps d’observer la qualité du tissu, du cuir, de la couture et du travail, on peut comprendre que ça peut être plus dispendieux. Ce sont des matériaux durables », justifie Caroline Thériault.  Selon elle, un produit métier d’art a toujours une bonne portée lorsqu’il est offert en cadeau parce qu’il est unique et de qualité.

À la Savonnerie Chèvre-Feuille, une cliente franchit la porte, déjà emballée par la douce combinaison d’odeurs qui traverse son couvre-visage et la variété de produits proposés. « Bonjour ! », lance le duo sur un ton léger. Les yeux de la dame s’illuminent, puis elle demande : « Quel savon est responsable du parfum qui plane dans votre magasin ? » Sonia Gagnon s’approche d’elle en souriant et lui précise qu’il s’agit d’un amalgame d’odeurs composé des 80 sortes distinctes de savon de la boutique. Elle prend toujours plaisir à répondre à cette question puisqu’elle connaît mieux que quiconque le fruit de son travail.

À propos de Alice Proulx

Alice Proulx
Pour combler sa soif de liberté et de découvertes, Alice Proulx quitte Sainte-Agathe-des-Monts dans le cœur des Laurentides à l’âge de 17 ans pour venir s’installer au Saguenay, où elle n’avait jamais mis les pieds auparavant. Grande de jambes et d’esprit, elle affectionne particulièrement rencontrer de nouvelles personnes et échanger avec celles-ci sur leur histoire et leurs expériences. Selon elle, « ce qui rend différent, rend intéressant » ! Ambitieuse, créative et travaillante, Alice n’hésite pas à relever les défis qui se présentent à elle avec optimisme et s’investit pleinement dans chacun de ses mille et un projets. Son amour pour l’écriture l’a menée à devenir rédactrice du blogue de la compagnie LCR pour laquelle elle travaille et à faire plusieurs apparitions dans le journal L’Info du Nord lors d’un stage à l’été 2020. Ne sachant pas encore précisément son futur métier, elle se laisse guider par des valeurs telles que l’ouverture d’esprit, le dépassement de soi et la confiance. Toutefois, Alice sait pertinemment qu’elle désire être entourée de gens et saisir toutes les opportunités qui feront d’elle une humaine épanouie.

À voir aussi

Vivre sa sexualité avec un handicap

À l’ère où la sexualité devient de moins en moins taboue, celle des personnes handicapées …