mercredi , 27 janvier 2021

Loge m’entraide réclame l’appui du conseil

Loge M'entraide
Les militants ont brandi des bougies et des flammes géantes en signe de symbole de leur espérance, qui est toujours allumée dans le cœur des militants. La chanson Minuit Chrétien, interprétée par Mario Pelchat, a aussi été jouée pour la même raison.

Une vingtaine de militants de Loge m’entraide se sont postés devant l’Hôtel de Ville de Saguenay ce matin afin de réclamer un investissement de 134 000 $ sur cinq ans pour le projet de coopérative de l’habitation La Solidarité. Des bougies de Noël symboliques ont été dressées par les militants.  

Cet investissement permettrait à l’organisation d’obtenir le don promis de 15 000 $ des Soeurs de Notre-Dame du Bon-Conseil de Chicoutimi.  

Le don prendra échéance le 31 décembre 2020. C’est pourquoi il était important pour les militants de porter une dernière action pour se faire entendre avant la dernière séance du conseil municipal de la Ville de Saguenay, qui se tiendra ce soir. 

La coordonatrice de Loge m’entraide, Sonia Côté, a souligné l’engagement de la population. « Des personnes appauvries ont amassé 240 000 $ sur les 910 000 $ nécessaires pour le projet. Ça montre à quel point on veut que ça se réalise », a-t-elle affirmé.  

Sonia Côté a aussi avoué être déçue du budget 2021 de la Ville, dévoilé la semaine dernière. « On a accordé un budget de 800 000 $ pour une étude au Parc de la Colline, alors que nous, on demande 675 000 $ étalés sur cinq ans pour loger des personnes dans le besoin », a-t-elle fait remarquer.  

Le conseiller de Jonquière Jean-Marc Crevier a donné son support au projet cette fin de semaine. « C’est la première fois en sept ans qu’un conseiller appuie le projet, ça nous apporte vraiment un énorme soutien », a affirmé Sonia Côté. Elle a également rapporté que Jean-Marc Crevier lui avait promis d’aborder le point à la séance du conseil municipal de ce soir.

À propos de Sophie Boivin

Sophie Boivin
Créative, énergique et ambitieuse, voilà trois mots qui décrivent bien Sophie Boivin. Âgée de 19 ans, la Saguenéenne a su à un très jeune âge qu'elle voulait travailler dans les médias, comme sa maman. Son intérêt pour les communications et le journalisme la pousse chaque jour à se dépasser. Passionnée d’art sous toutes ses formes, Sophie prend plaisir à user de son imagination débordante pour créer. Le dessin, la danse, l’écriture, la photographie et la musique font notamment partie des moyens qu’elle utilise pour s’exprimer et laisser libre court à son imagination. Elle a toujours le mot pour rire et est une vraie bout-en-train. Son ambition fait en sorte qu’elle a de nombreux objectifs, comme de devenir plus tard journaliste ou recherchiste. Elle aimerait également travailler sur des documentaires.

À voir aussi

L’ÉNAM offrira un nouveau programme

L’École nationale d’apprentissage par la marionnette (ÉNAM) offrira en mars un nouveau programme d’accompagnement pour …