mercredi , 27 janvier 2021

50 M $ pour la troisième phase des Serres Toundra

Lundi a eu lieu la première récolte de mini-concombres de l’entreprise. Dans six jours ce sera le tour des concombres de tout autre type, explique Éric Dubé.

Quelques semaines à peine la mise en place de la phase deux, les Serres Toundra enclenchent la phase trois de leur projet d’expansion. Ce sont 50 M $ qui sont injectés dans l’entreprise pour l’aider à avancer dans son projet.  

L’investissement sera utilisé dans le cadre de l’expansion des Serres Toundra, qui débutent la construction d’un troisième bâtiment. L’entreprise de production de concombres pourra ainsi augmenter ses récoltes.

La troisième phase d’expansion a été devancée dans l’échéancier qui était fixé par l’entreprise de Saint-Félicien. La pandémie a créé un engouement, voire un besoin d’achat local, ce qui a mené à la décision de commencer les constructions dès maintenant, selon l’entreprise.

« On a réalisé que les conditions gagnantes étaient là, et on voulait participer à cet effort collectif, d’augmenter vraiment l’autonomie alimentaire du Québec » ,a  déclaré mercredi  le PDG des Serres Toundra, Éric Dubé, lors d’une conférence de presse visuelle 

Investissement Québec contribuera en injectant 30 M $ pour le projet, évalué à 50 M $ au total. C’est aussi dans le cadre de son nouveau projet d’investissement pour l’autonomie alimentaire du Québec que le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, est fier d’octroyer 20 M $ à l’entreprise. Ce montant sera étalé sur dix à douze ans, en réduisant la facture d’électricité des SerreToundra pour leur production de légumes.  

Avec cet agrandissement, les Serres Toundra pourront accueillir une cinquantaine de nouveaux employés dans leur équipe. Comptant 150 travailleurs étrangers sur 180, le PDG Éric Dubé recrutera parmi tous les gens intéressés. « Les postes sont ouverts à tout le monde. Quand on comble avec la main-d’œuvre étrangère, c’est parce que l’on n’est pas capable de combler avec les travailleurs locaux. Si des gens se présentent pour venir travailler ici, ça nous ferait plaisir », affirme M. Dubé.  

Ce sont 8,5 hectares qui seront annexés aux bâtiments des Serres Toundra. Cette phase totalisera ainsi un espace de 28 hectares pour l’entreprise. L’installation des fondations commencera dès la dernière semaine d’avril 2021. Le début de la production dans ce nouvel espace se fera le 15 novembre l’an prochain, selon l’échéancier présenté par M. Dubé.  

D’ici un à deux mois, le prochain légume à être produit sera décidé. Le PDG explique que des tests et des discussions sont présentement en cours pour déterminer quel sera le prochain aliment cultivé par l’entreprise. Il pourrait s’agir de la tomate, de la fève, qui est très en demande selon M. Dubé ou encore d’un tout autre légume qui sera annoncé au terme d’une décision.  

 

À propos de Amélie Simard-Blouin

Amélie Simard-Blouin
Amélie est une étudiante de troisième année option journalisme qui est pleine d’ambitions. Originaire de la ville de Québec, elle espère retourner travailler dans sa ville natale pour le milieu de la télévision. Amélie a toujours été passionnée par les arts, ce pourquoi elle aimerait se diriger vers le culturel pour son futur travail. Malgré ses champs d’intérêts très centrés sur les arts, l’étudiante de 19 ans est polyvalente et aime les défis. Elle aime bouger, travailler sous pression et rencontrer de nouvelles personnes! C’est alors avec joie qu’elle se lancera dans n’importe quel projet ou opportunité qui se présente à elle afin de laisser sa trace dans le monde médiatique.

À voir aussi

L’ÉNAM offrira un nouveau programme

L’École nationale d’apprentissage par la marionnette (ÉNAM) offrira en mars un nouveau programme d’accompagnement pour …