dimanche , 28 février 2021

Un engouement EXTRA pour des produits en résine

Alycia Simard a mijoté cette idée pendant environ six mois avant de se lancer officiellement. C’est grâce à Pinterest et à la plateforme Tiktok qu’elle a connu ce type de créations. Photo: Rosie St-André

Sous-verres, plateaux, porte-clés, assiettes à bijoux : en l’espace de deux semaines, Alycia Simard s’est lancée dans la fabrication de produits en résine dans le but d’en faire son entreprise, EXTRA. Tout de suite, un grand engouement s’est fait sentir sur les réseaux sociaux. 

Certaines de ses publications Instagram ont récolté plus de 200 j’aimes, alors que son compte, @extra.byalycia, ne possède que 500 abonnés. Un ratio qui montre l’intérêt des gens pour les articles proposés par la jeune femme. « Je me suis jetée dans le vide, je ne savais même pas si ça allait marcher, s’il allait y avoir une clientèle pour ça, si j’allais être bonne, raconte-t-elle en riantPar contre, je suis une fille déterminée qui y va à fond lorsqu’elle a une idée en tête. » 

C’est d’ailleurs de sa personnalité extravertie qu’elle s’est inspirée pour le nom de sa compagnie, EXTRA. « Toute ma vie, on m’a reproché d’être trop extra, de trop parler fort, d’exagérer. Par contre, je sais que c’est ce qui fait de moi la personne que je suis. C’est ce qui va me mener loin dans la vie », affirme celle qui va toujours au bout de ses ambitions. 

Un investissement

La Jonquiéroise a plongé tête première dans les démarches qui se sont avérées fructueuses jusqu’à présent. Pour débuter, elle a investi un montant d’environ 700 $ pour le matériel dont elle avait besoin : moules, pigments, époxy, fleurs séchées et feuilles d’or. « Pour trois litres de résine c’est 80 $, ce qui est assez dispendieux », dit-elle. Elle s’est également abonnée à la plateforme Shopify afin de pouvoir y mettre ses créations en vente. 

Allant de 10 à 60 $, les articles sont disponibles en ligne depuis le 14 février. Le prix varie en fonction de la taille du produit et de ce qu’il contient. « Les sous-verres vont être au prix de deux pour 20 ou plus, dépendamment de ce qu’il y a à l’intérieur. Par exemple, les fleurs séchées coûtent vraiment cher, ce qui fait augmenter le prix », explique Alycia. Les plateaux à trois étages, par exemple, sont vendus à près de 60$.

Les plateaux à trois étages sont les produits préférés d’Alycia. À côté, des sous-verres et des assiettes à bijoux de toutes sortes sont également des produits offerts par EXTRA. Photo: Rosie St-André

La résine est un composé de deux liquides, un qui sert à mélanger les pigments qui donnent la couleur et l’autre qui est un durcisseur. Lorsqu’ils sont mis ensemble, la solution fige. « Il faut vraiment mettre la bonne quantité de chaque, sinon, ça peut rester mou, explique la jeune femme. Ensuite, lorsqu’on met les fleurs séchées ou les feuilles d’or, il se peut que ça bouge, parce que la résine prend de l’expansion quand elle sèche. » Le temps de durcissement est d’environ 36 à 72 heures selon les produits. 

Une grande demande 

Déjà, Alycia compte trois points de vente qui seraient intéressés à tenir ses articles entre leurs murs. « Rien n’est officiel encore, mais il va y avoir des produits exclusifs que les gens pourront se procurer à ces endroits », rapporte-t-elle fièrement. Elle veut quand même garder sa plateforme sur laquelle elle continuera de vendre ses diverses créations. 

Étudiante en Art et technologie des médias dans l’option radio, l’école prend beaucoup de place dans sa vie. Le fait que ses parents possèdent une compagnie d’ébénisterie lui a permis de s’y installer pour fabriquer ses produits, lui épargnant la logistique de ce côté. « J’ai toujours su comment une entreprise fonctionnait, ça m’a donc beaucoup aidé à me lancer, dit-elle. Aussi, mes parents me supportent depuis le début, ce qui est vraiment motivant ». La fibre entrepreneuriale étant de famille, Alycia Simard est plus que passionnée par ce qu’elle a débuté. 

À propos de Rosie St-André

Rosie St-André
Autant elle est énergique et expressive, autant Rosie St-André est une jeune femme organisée pour qui le souci d’un travail bien fait est important. Originaire de Joliette dans Lanaudière, les communications la passionnent depuis son jeune âge. En effet, les caméras et les micros ne lui font pas peur : elle possède une chaîne Youtube depuis l’âge de 13 ans. Au secondaire, elle a également eu la chance de co-animer une émission de radio à la station de sa ville, le M103,5. Avec plus d’une corde à son arc, Rosie veut continuer de découvrir toutes les facettes du monde des médias. Les sujets d’actualité la font vibrer et lui donnent envie d’en apprendre toujours plus sur le monde dans lequel on vit. Que ce soit la politique, la culture, l’environnement ou les faits divers, elle est toujours allumée par ce qui lui est proposé. Son but en tant que journaliste ? Informer la société sur les différents enjeux qui l’entourent tout en donnant une voix aux citoyens.

À voir aussi

REGARD : une programmation pour les petits et les grands

Le Festival international REGARD de Saguenay a dévoilé mercredi la programmation de son volet scolaire …