dimanche , 18 avril 2021

Bibliothèques de Saguenay : le numérique a la cote

Malgré les restrictions liées à la pandémie, les bibliothèques de la Ville de Saguenay ont su se réinventer et ont même constaté une demande grandissante pour les livres numériques.

Les services offerts en bibliothèque ont été modifiés à maintes reprises selon la couleur dans laquelle se trouvait la région. En zone rouge, l’animation et l’accès aux rayonnages étaient impossibles. La région étant maintenant en zone orange, l’achalandage en bibliothèque a connu un regain.

Alors que le prêt de livres physiques a connu une petite diminution d’engouement, les livres numériques ont augmenté en popularité. Près de 50 % des emprunts étaient faits par des nouveaux clients. « En pandémie, les gens se sont initiés aux livres numériques. Les habitués ont continué, mais les gens qui n’utilisaient pas le livre numérique ont développé cette envie », a mentionné la conseillère aux communications marketing de la Ville de Saguenay, Nathalie Gagnon.

Les amateurs de lecture ont été au rendez-vous, depuis un an, malgré les conditions parfois particulières. Selon une abonnée des bibliothèques de Saguenay, Sandrine Prud’homme, les bibliothèques sont beaucoup plus accessibles que les librairies. La jeune femme préfère emprunter un livre gratuitement plutôt que de l’acheter et de le terminer très rapidement. Comme elle lit beaucoup, les bibliothèques lui permettent de sauver des sous.

La pandémie n’a pas changé les habitudes de lecture de la jeune femme qui a réservé plusieurs livres dans les derniers mois. « Souvent, les livres que je voulais louer, étaient des livres sortis cette année. C’était de la littérature populaire et tu voyais qu’il y avait, des fois, 30 personnes sur la liste d’attente », a souligné Sandrine Prud’homme.

Les bibliothèques se sont procuré les nouveautés et Nathalie Gagnon a souligné que la collection de livres numériques a aussi été bonifiée afin de répondre à la plus forte demande.

Nouveaux services créatifs

Nathalie Gagnon, qui soutient que la pandémie les a poussés à se tourner vers le numérique, a souligné que les bibliothèques ont dû faire preuve de créativité. L’abonnement peut maintenant se faire sur le Web comme la réservation de livres, qui se doit maintenant d’être faite avant de pouvoir les emprunter. Des conférences, des ateliers d’écriture et d’animation sont aussi offerts en ligne.

De plus, les bibliothèques de Saguenay ont développé, en décembre, un service inventif permettant à leurs abonnés de découvrir de nouveaux bouquins. L’histoire est dans le sac est une sélection comprenant quatre articles choisis spécialement selon les intérêts du lecteur. « Vous allez en ligne remplir un formulaire en répondant à quelques questions et le bibliothécaire vous prépare un sac surprise en lien avec vos choix », a expliqué Nathalie Gagnon. Le service a été plutôt populaire alors qu’en date du 20 février, 288 sacs avaient été préparés pour la clientèle qui n’avait plus accès aux rayonnages.

À propos de Anick Berger

Anick Berger
Anick Berger est une apprentie-journaliste de 20 ans qui semble bien plus jeune que son âge. Toutefois, de son petit corps ressort de fortes ambitions. Partie du tout petit village de Saint-Eugène-de-Ladrière dans le Bas-Saint-Laurent, la jeune femme étudie au Cégep de Jonquière en cultivant l’espoir d’un jour faire dire à ses parents : « Regarde c’est ma fille ça! » Passionnée de hockey depuis les premiers tournois de son père auxquels elle a pu assister, elle vient à Jonquière avec l’intention de devenir journaliste sportive. Alors que couvrir la Ligue de hockey junior majeur du Québec à la télévision pour une chaîne de sport demeure son rêve le plus fou, elle garde l’esprit ouvert, car elle adore en apprendre toujours plus sur l’actualité et tout ce qui s’y rattache. Directrice des communications, journaliste et gestionnaire des médias sociaux pour les Élites de Jonquière ainsi que pigiste à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec, elle poursuit son rêve sourire aux lèvres, blague sur le bout de la langue et détermination dans les yeux.

À voir aussi

Une lecture sans bon sens pour le Théâtre du Faux coffre

Rire, réfléchir, décompresser : le Théâtre du Faux coffre présente la pièce Quand Ruth rencontre Kevin : …