dimanche , 18 avril 2021

Biographie sur Georges Vézina : un travail de longue haleine pour Mikaël Lalancette

Photo : Capture d’écran | Mikaël Lalancette a discuté pendant près d’une heure sur les recherches qu’il a effectuées pour l’écriture de son livre Georges Vézina : l’Habitant silencieux.

De longues années de recherche et quatre mois d’écriture, voilà ce qui se cache derrière la biographie Georges-Vézina: l’Habitant silencieux, signée par le journaliste sportif Mikaël Lalancette En collaboration avec le Musée du Fjord, il a offert, mercredi soir, à une soixantaine de personnes une conférence virtuelle à propos de sa démarche.  

Le livre Georges Vézina : l’Habitant silencieux a pris près de 15 ans avant de voir le jour, comme quoi, l’énigmatique gardien originaire de la région a une valeur particulière, aux yeux de l’auteur, pour y avoir consacrer autant d’années. 

« J’ai grandi au Centre Georges-Vézina de Chicoutimi, admet-il. Georges Vézina résonne en moi depuis que j’ai l’âge de neuf ou dix ans. J’avais une curiosité envers ce personnage, mais je savais peu de sa belle et grande carrière. » 

Mikaël Lalancette affirme avoir eu comme principal défi, lors de l’écriture du livre, celui de démêler les faussetés dites au sujet de Vézina de la réalité, chose qui n’a pas été facile, étant donné le bon nombre d’affirmations erronées faites par le passé.  

« Il a eu 11 petitsenfants dont certains habitent toujours au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ils n’ont rien ou n’ont à peu près rien su de leur grand-père. C’était donc de démêler le vrai du faux parce que, eux ne pouvaient pas m’aider », a-t-il dit.  

Afin d’aboutir à un livre de 368 pages relatant tous les faits marquants de la carrière de l’ancien gardien du Tricolore, le reporter a aussi avoué avoir passé un nombre incalculable d’heures à chercher à travers les articles de l’époque. Une tâche plus ou moins évidente avec la fermeture des bibliothèques au début de la pandémie, en mars 2020, rappelle-t-il.

Par la suite, l’homme originaire de La Baie a raconté que, malgré les embûches liées à la COVID-19, il souhaitait tout de même mettre en lumière la vie du joueur, mais aussi celle de sa région. 

« Je voulais raconter, oui la vie et la carrière de Georges Vézina, mais je voulais raconter l’histoire aussi du Saguenay », soutient-il, tout en précisant avoir consacré près de quatre mois entiers à l’écriture du recueil.  

D’ailleurs, il a pu consacrer toutes ces heures dans l’aventure historique du portier de Chicoutimi, quand son employeur de l’époque, TVA Sports, l’a malheureusement informé qu’il état mis à pied de façon temporaire, là aussi, au début la crise sanitaire.  

Le chandail de Vézina retiré? 

En toute fin de conférence, M. Lalancette a précisé milité ardemment pour que le fameux numéro un de Georges Vézina soit retiré par l’organisation du Canadien de Montréal. Toutefois, il maintient que le gros du travail revient au public afin de convaincre la Sainte-Flanelle d’offrir cet honneur au cerbère de Chicoutimi.  

À propos de Jérémie Camirand

Jérémie Camirand
Jérémie Camirand, 19 ans, est originaire de Montréal, là où il a pu compléter ses études primaires et secondaires avant de se joindre au programme Arts et technologie des médias du cégep de Jonquière. Humble défenseur et grand amoureux de notre langue française, ce n’est que tard dans sa vie que Jérémie s’est découvert un vif intérêt à l’endroit des mots et de leur beauté. À l’aide de sa plume qui acquiert une précieuse expérience avec les années, Jérémie se passionne pour les enjeux importants de notre société, de politique, d’arts et de sports. À l’emploi pour les Saguenéens de Chicoutimi à titre de gestionnaire des réseaux sociaux depuis 2019, Jérémie voue un intérêt particulier envers le hockey. Toutefois, avec les années, le partisan aguerri qu’est Jérémie s’est transformé citoyen affable de changements qui, avec une grande ambition, tentera de le provoquer.

À voir aussi

Réunion

Tout simplement merci!

C’est avec le cœur gros, mais rempli de fierté et de sérénité que nous vous présentons aujourd’hui …