dimanche , 5 décembre 2021

Kaslik coule l’Armada

Les Saguenéens augmentent leur séquence de victoires à deux matchs.  Photo : André Émond

Les trois buts de Matej Kaslik ont permis aux Saguenéens de Chicoutimi de surprendre l’Armada de Blainville-Boisbriand par la marque de 6-3 au Centre Georges-Vézina, jeudi soir. Le premier trio des Sags a dicté la rencontre avec une récolte de huit points. 

« Je pense qu’on a démontré beaucoup de maturité, c’est rare de voir les jeunes équipes arriver à réagir de cette façon. C’était 4 à 1, c’est devenu 4 à 3 en fin de deuxième et honnêtement je n’ai pas senti de panique de notre côté en troisième période, c’est ce que je retiens du match », a affirmé l’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean. 

Les visiteurs ont calmé les ardeurs de la foule dès le début du match alors que Mikaël Denis a inscrit son deuxième but de la campagne pour donner l’avance aux siens. La réplique n’a pas tardé du côté des Bleus alors que Thomas Belgarde a profité d’un avantage numérique pour dévier le lancer de Félix Lafrance derrière Charles-Édward Gravel. 

Seulement deux minutes plus tard, Tristan Pelletier a fait payer la défense de l’Armada qui l’a laissé seul dans l’enclave. L’attaquant a trompé la vigilance du gardien avec un tir bas. L’indiscipline de l’équipe des Laurentides a par la suite souri à Belgarde, lui qui a terminé un tic-tac-toe orchestré par Lafrance et Alex Blais. Le pointage était alors de 3 à 1 pour les locaux. 

Les 1 900 partisans ont dû attendre au milieu du deuxième tiers pour célébrer le premier du match pour Matej Kaslik. La troupe de Bruce Richardson a ensuite donné une pousée en fin de deuxième en marquant deux buts, réduisant l’écart à un seul.  

L’attaquant slovaque des Sags a scellé l’issu du match lors de la troisième période en inscrivant son sixième et septième filet de la campagne, complétant ainsi son tour du chapeau. Avec cette prestation, Matej Kaslik atteint le seuil des 10 points. 

Le portier des Bleus, Sergei Litvinov a bloqué 31 rondelles pour permettre à son équipe d’enregistrer un troisième gain en quatre parties. 

Lafrance, un moteur de confiance 

« Peu importe avec qui tu le mets, il va avoir du succès. Puis ça donne confiance à tout le monde », a commenté Yanick Jean à propos des performances de Félix Lafrance. 

« Je suis un joueur de 20 ans et ça fait un bout que je suis dans le circuit, l’année passée l’équipe est venue me chercher pour gagner et puis j’essaye de montrer aux partisans quel type de joueur je suis, parce qu’ils n’ont pas eu la chance de me voir l’an dernier », a prononcé l’attaquant eustachois sur les propos de son entraîneur. 

Auteur de deux passes contre son ancienne équipe, Lafrance totalise maintenant 10 points en seulement quatre rencontres. Il rejoint alors Kaslik et William Rouleau au chapitre des meilleurs pointeurs de la formation. 

Le prochain adversaire de Chicoutimi est l’Océanic, le match sera présenté au Colisée Financière Sun Life à Rimouski ce samedi à compter de 16h. 

À propos de Nicolas Lacasse

Curieux, ambitieux et empathique, Nicolas Lacasse voit grand pour son avenir. Natif de Saint-Eustache dans les Laurentides, il a décidé de traverser la 40 et la réserve faunique des Laurentides pour venir s’établir dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean afin d’y réaliser son rêve de jeunesse : devenir journaliste sportif. Finissant de l’école secondaire Liberté-Jeunesse à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, c’est après un stage d’une journée à RDS que lui ait venu l’idée d’étudier au Cégep de Jonquière. Par ailleurs, depuis son arrivée à Saguenay, il a la chance de coanimer deux émissions de radio pour la station CKAJ-FM 92,5, soit Les coulisses du rap et Au top du pop. Le sportif tient fortement à découvrir de nouveaux aspects de la vie, car il a tant à apprendre dans ce monde. Tout au long de son parcours scolaire en Art et technologie des médias (ATM), différentes sphères du milieu journalistique se sont ajoutées à ses champs d’intérêt. C’est pour cela qu’il est ouvert à tout ce qui se présentera à lui.

À voir aussi

BULLE

Prendre un accent : question de s’intégrer

Établie au Québec depuis 20 ans, le marseillais d’origine, Marc Guiol se surprend à prendre …