dimanche , 5 décembre 2021

Halloween : pas morte, mais pas forte

La soirée typique d’Halloween a bien changé. Aujourd’hui, cette fête n’est pas morte, mais elle n’est pas forte.

Quel sort a frappé l’Halloween? Cette fameuse question que l’on se pose tous les 31 du mois d’octobre, depuis quelques années. Même la plus vieille sorcière du monde ne pourrait y répondre.

Selon le ministère de la Famille du Québec, la province comptait environ 1,1 million d’enfants de moins de 12 ans, en 2020. Pourtant, partout à travers la province, des familles au complet doivent se déplacer à des kilomètres à la ronde pour trouver plus d’une vingtaine de maisons qui donnent des bonbons. Les costumes sont très rarement d’une originalité époustouflante… mais les enfants semblent s’amuser, et qu’est-ce qui compte vraiment plus que ça?

Une soirée d’Halloween qui pourrait contribuer à sauver la planète, un emballage de bonbon recyclé à la fois, peut-être?

Une Halloween écoresponsable, c’est possible

Même si la situation environnementale en effraie plus d’un, ce n’est pas quelque chose qui donne la frousse à l’Halloween. En passant des décorations aux emballages de bonbons, il y a plusieurs façons de rendre cette fête écoresponsable, selon la Régie de récupération de l’Estrie.

Premièrement, s’il est possible de faire le costume de rêve de votre enfant à partir d’objets et de vêtements que vous possédez déjà, quelle belle nouvelle! Sinon, essayez de prioriser les costumes de seconde main, ou de redonner une deuxième vie à celui que vous achèterez!

Deuxièmement, les décorations faites maison, c’est la solution. En plus d’aiguiser les talents artistiques de toute la famille, le temps de qualité que vous passerez ensemble ne peut pas se comparer aux décorations cheaps du magasin à un dollar qui brise dans un temps record.

Finalement, il suffit de disposer des emballages de bonbons de la bonne façon.

Une Halloween écoresponsable où le plaisir est au rendez-vous, ce n’est pourtant pas sorcier.

À propos de Mégan Maltais

Grande amatrice de sensations fortes, Megan est toujours à la recherche de la prochaine poussée d’adrénaline qui la fera vibrer. Originaire du petit village d’Hébertville, au Lac-Saint-Jean, la jeune femme de 20 ans a grandi dans un milieu de vie proactif, entouré de forêts et de champs. Au cours de ses études secondaires, Megan est tombée en amour avec la scène : théâtre, improvisation, animation, stand-up humoristique, elle enchaine les spectacles les uns après les autres... la légende raconte qu’elle aurait participé à plus de 60 évènements artistiques! Comique à temps plein, elle adore divertir et créer un environnement joyeux où il fait bon rire, partout où elle va. Assez timide aux premiers abords, lorsqu’elle sort de sa carapace attachez votre tuque avec de la broche, vous découvrirez une jeune femme dégourdie et impliquée qui n’a pas froid aux yeux. Peu importe le sujet, l’heure et la date, Megan vous promet une chose : devenir la meilleure version journalistique d’elle-même, un article à la fois.

À voir aussi

Sport-études: davantage de reconnaissance s’impose

Un étudiant qui effectue son secondaire dans un programme sport-études, donc avec 30 % de temps …