mercredi , 1 décembre 2021

Succès pour la nouvelle formule pour la Biblio-Vente

« Notre but est de remettre le moins de livres possible en boîte et de valoriser à nouveau nos documents, a affirmé Émilie Guertin. (Photo : Alexya Morin)

Après plus d’un an et demi d’absence, la grande Biblio-Vente était de retour en fin de semaine pour sa 24e édition, mais cette fois-ci sous une nouvelle formule. Les organisateurs se sont réinventés en offrant l’événement simultanément dans plusieurs bibliothèques publiques de la région.  

« Cette année, la plus grande différence est que les bibliothèques participantes planifient de plus petites ventes plutôt que de participer collectivement à un seul événement », a expliqué la présidente de l’association des bibliothèques du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Émilie Guertin.  

Depuis 1997, la grande Biblio-Vente se déroulait à la zone portuaire de Chicoutimi. Cependant, les mesures sanitaires, les coûts de transport des livres ainsi que ceux de la location d’un entrepôt et du point de vente ont incité les responsables à repenser entièrement l’événement.   

Des milliers de livres, des CD, des DVD et des casse-têtes étaient disponibles à bas prix. La majorité des articles provenaient des collections des bibliothèques et quelques-uns de dons de la part du public. L’objectif est de leur donner une seconde vie tout en générant des bénéfices qui seront réinvestis dans l’organisme qui organise des activités dans les bibliothèques de la région.   

« Notre but est de remettre le moins de livres possible en boîte et de valoriser à nouveau nos documents. On finance entre quatre et cinq activités par année avec cet événement pour la bibliothèque d’Alma », a affirmé Mme Guertin. 

Les bibliothèques de Chicoutimi, d’Arvida, de La Baie et Hélène-Pedneault, et l’établissement de Dolbeau-Mistassini ont tenu la grande Biblio-Vente le samedi. Les villes de Saint-Félicien et d’Alma sont les seules à avoir prolongé l’événement jusqu’au dimanche.  

D’après la présidente de l’association, cette formule sera probablement le fonctionnement permanent de l’événement, puisqu’elle convient aussi bien aux bibliothèques qu’aux citoyens. « La grande Biblio-Vente est beaucoup plus accessible pour le public. Par exemple, pour les résidents dans le Haut-du-Lac, c’était quand même assez loin. J’ai l’impression que ça va inciter plus de personnes à participer », a-t-elle ajouté.

À propos de Alexya Morin

Originaire de la Montérégie, Alexya a toujours été interpellée par l’écriture et l’actualité. Transportée par son ambition, elle plie bagage au pays des bleuets. L’étudiante en journalisme développe de nouvelles amitiés et passions, qui la poussent à s’impliquer dans le webmagazine La Cerise en tant que collaboratrice. Tel un kaléidoscope, Alexya est en perpétuel changement. Tantôt idéaliste, tantôt réaliste, elle est formée d’intérêts dépareillés qui se nouent et dénouent au fil du temps. Photographie, broderie, poésie, théâtre : la jeune femme possède des goûts éclectiques reflétant son envie de tout faire, tout voir et tout vivre. Intéressée par la création de contenu autant vidéo qu’audio, Alexya aspire à travailler sur divers projets, comme des balados, des documentaires et des reportages pour une boîte de production.

À voir aussi

Nez rouge Saguenay : un premier week-end réussi

L’opération Nez rouge de Saguenay a repris du service vendredi et samedi soir derniers, après un an d’arrêt. Plus …