mercredi , 1 décembre 2021

Paul St-Pierre Plamondon ne sera pas candidat à l’élection partielle

Les élèves du Cégep de Chicoutimi présents dans la salle ont apprécié la conférence du chef du Parti Québécois. Crédit photo : Élodie Drolet

 

Le chef du Parti Québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, a annoncé qu’il ne se présentera pas aux élections partielles de la circonscription de Marie-Victorin. Celle-ci est inoccupée comme son ancienne élue, Catherine Fournier, a quitté ses fonctions pour occuper le rôle de mairesse de Longueuil. 

Pour M. St-Pierre Plamondon, il est important que la circonscription soit représentée par quelqu’un qui y est rattaché. « Je n’ai jamais habité Longueuil et présentement, on a une candidature très intéressante qui a un ancrage réel dans la circonscription. On est très content de pouvoir mettre de l’avant cette candidature. […] Tous ces facteurs-là font que la décision a été prise pour les meilleurs intérêts du Parti Québécois et du mouvement indépendantiste », mentionne-t-il. 

Celui qui est à la tête du PQ ne veut pas dévoiler l’identité de la personne qui se présentera pour le moment. Il demeure en revanche très confiant : « Il y a des risques de défaite, mais il y a des très bonnes chances de victoire. Gardons également en tête que cette partielle ne va avoir lieu que quelques mois avant les vraies élections. […] Le résultat qui va vraiment compter, c’est celui des  élections générales. »  

Le politicien, au lieu de miser sur la partielle, tentera de tout donner pour les élections provinciales en octobre 2022. « Notre véritable focus, c’est de gagner Marie-Victorin pour quatre ans et d’avoir une représentation indépendantiste pour des gens indépendantistes. On va travailler là-dessus de manière acharnée pour les prochaines années. »   

Plus tôt dans la journée, Paul St-Pierre Plamondon était au Cégep de Chicoutimi afin de discuter avec les étudiants d’enjeux comme l’environnement, l’identité culturelle et l’indépendantisme. Celui-ci trouve primordial de prendre le temps de parler aux étudiants : « Je souhaite suivre l’exemple de mes prédécesseurs, notamment René Levesque et Jacques Parizeau, qui ont toujours investi énormément de temps à discuter avec la jeunesse des mérites de décider pour soi-même dans son propre pays. » 

L’évènement a été organisé par l’Association générale des étudiantes et étudiants du Collège de Chicoutimi (AGEECC). « Pour nous, il est important de promouvoir les idées des partis pour que les jeunes s’intéressent à la politique. Un jour ou l’autre, ils devront aller voter », mentionne le vice-président l’AGEEC, Clovis Valade. Au total, une dizaine d’étudiants étaient présents dans la salle. 

À propos de Élodie Drolet

Élodie est une jeune femme déterminée, sociable, créative et travaillante. Elle est très fière d’être originaire de la colorée, dynamique et magnifique ville de Québec. C’est d’ailleurs cet environnement stimulant qui l’a poussée à développer et nourrir sa grande curiosité. Élodie adore se renseigner et discuter de sujets comme la technologie, l’histoire, les sports, les enjeux sociaux, la politique, l’environnement, la culture et les voyages. Pendant son parcours scolaire, elle en a profité pour apprendre l’anglais, s’impliquer dans divers projets entrepreneuriaux et surtout partir en Thaïlande et en Europe. Ce sont ces deux expériences d’indépendance qui l’ont motivée à faire le grand saut et à déménager seule au Saguenay pour les études supérieures. Cette jeune femme ambitieuse sait se démarquer par ses idées créatives, sa débrouillardise et son leadership peu importe le milieu.

À voir aussi

Nez rouge Saguenay : un premier week-end réussi

L’opération Nez rouge de Saguenay a repris du service vendredi et samedi soir derniers, après un an d’arrêt. Plus …