La clé du succès, c’est l’attractivité 

Le conférencier Carol Allain
Le conférencier Carol Allain considère que chacune des générations contribue à l’évolution et qu’il est nécessaire de mélanger les visions pour aller le plus loin possible. (Photo : courtoisie) 

 

L’attractivité, l’ouverture et l’ambiance sont les principales clés du succès d’une bonne stratégie de développement pour conserver de jeunes employés, selon le conférencier international, Carol Allain. « Garder les jeunes aujourd’hui, c’est un défi de taille », a affirmé l’auteur de multiples ouvrages sur les générations et le marché du travail  lors du premier RDV jeunes entrepreneurs de 2022.   

La conférence, organisée par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, intitulée « Le choc des générations et la rétention du personnel », a été présentée à près de 150 personnes en vidéoconférence mercredi matin.  

D’une durée d’une heure trente, la présentation a mis en lumière les meilleures astuces pour contrer la pénurie de personnel en fidélisant ses employés, principalement la génération Z, soit tous ceux entre 12 et 27 ans. 

Le conférencier de renom considère que les entreprises doivent se poser plusieurs questions pour évoluer en même temps que les générations. L’une d’elles est si l’ambiance est agréable. « Si la réponse est oui, on gagne en rétention presque automatiquement », affirme l’auteur du livre Le choc des générations 

La solution la plus simple pour une ambiance de travail réussie, ce sont les 5 à 7 informels qui devraient, selon lui, s’organiser chaque semaine. « Il faut vendre le côté social de l’emploi. »  

Un autre élément primordial à considérer, c’est si la ville intéresse les jeunes. À son avis, si la situation n’est pas favorable, c’est aux entreprises que revient la tâche de créer des opportunités en effectuant du marketing territorial. La municipalité aussi peut participer à augmenter l’attractivité d’un territoire. L’important est de retenir qu’il est important que « la ville parle à toutes les générations », précise M. Allain. 

Les jeunes de la génération Z sont majoritairement régis par les émotions, ils ont donc besoin de reconnaissance. « Il faut souligner les bons coups chaque semaine », énonce l’homme d’expérience.  

L’accès aux responsabilités et aux projets d’une entreprise se présente de plusieurs façons. Pour l’expert en génération, la gestion collaborative devrait être la première à considérer et à mettre en place. « Les jeunes doivent pouvoir faire bouger les choses, ils ont des idées, ils ont voyagé, ils ont déménagé, ils ont eu différents professeurs, ils vivent dans l’instabilité depuis toujours », illustre M. Allain. Les entreprises doivent ainsi être à leur écoute et leur laisser l’espace nécessaire pour qu’ils puissent se développer complètement.  

La flexibilité des horaires, l’engagement sociétal de l’entreprise et le support des patrons dans le développement de compétences sont d’autres facteurs importants à considérer.  

Des solutions loin d’être parfaites  

Pour Carol Allain, le Saguenay de demain est tout de même l’immigration, étant donné que la principale lacune de la génération Z, c’est le travail physique. Ainsi, les entreprises qui demandent des compétences physiques, comme le domaine de la construction, ont de la « difficulté à trouver des joueurs ». Pour M. Allain, les entreprises de ces domaines devront se tourner, entre autres, vers le Mexique et le Portugal pour combler leur besoin en main-d’œuvre. Il souligne aussi que selon son expertise et sa vision, le Saguenay est déjà en retard.   

Une pandémie positive pour l’espèce humaine 

Selon le conférencier d’expérience, la pandémie a permis d’accélérer l’évolution humaine, notamment du côté du télétravail. Il affirme que le télétravail a dépassé, en 2020, l’objectif initialement prévu pour 2030. La crise sanitaire a aussi favorisé l’achat local, la collaboration, la lecture ainsi que le sport chez les milléniaux (27 à 42 ans) et chez la génération Z (12 à 27 ans).  

À propos de Cassandre Baillargeon

Originaire du Centre-du-Québec, Cassandre Baillargeon est une grande passionnée de pratiquement tout! De la politique fédérale, provinciale et municipale jusqu’au monde de l’éducation en passant par la justice et le sport, Cassandre possède une curiosité sans limites qui lui permet d’ajouter continuellement de nouvelles cordes à son arc. C’est notamment ce besoin criant de curiosité combiné à un désir vital de partager son savoir aux autres qui l’a amenée à choisir le monde des communications à la fin de ses études secondaires en sport-étude basket-ball. Ce sont d’ailleurs ses nombreux engagements parascolaires au cours des dernières années qui ont formé la personne polyvalente, dynamique et organisée qu’elle est aujourd’hui. Sportive dans l’âme en plus de posséder un cœur d’enfant, Cassandre a davantage l’air d’une observatrice silencieuse qu’une animatrice de foule. Cela dit, sa ténacité et son talent pour utiliser les mots à bon escient font certainement d’elle une excellente oratrice. Reconnue pour ses connaissances de l’actualité, son amour de la langue française ainsi que pour ses capacités d’analyse et de vulgarisation, cette rouquine de 19 ans aspire à informer la population des événements et des enjeux actuels, que ce soit à la radio ou à la télévision.

À voir aussi

Abeilles

Devenir apicultrice pour augmenter sa production de bleuets

Rares sont les propriétaires de bleuetières qui font le choix de compléter la formation d’apiculteur …